Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

21 articles avec vatican ii : conciliabule non catholique

Austremoine nie explicitement un dogme de l'Eglise

Publié le par Clément LECUYER


"Vous recevrez la force du Saint-Esprit qui descendra sur vous, et vous serez Mes témoins à Jérusalem, et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre" (Act 1, 8)

Notre-Seigneur aux Apôtres

 Alors que l'internaute "Austremoine" propage sur les forums et blogs supposés "traditionnalistes" une doctrine clairement pernicieuse contre la foi, nous pensons qu'il est temps de montrer à tous à qui nous avons affaire. En dépit des fausses apparences, Austremoine est, qu'il en ait conscience ou non, un ennemi de la doctrine de toujours de l'Eglise, de cette doctrine immuable, découlant de la sainteté de l'Eglise catholique.

 Le dernier exemple que nous mettrons ici en valeur est son reniement d'un dogme catholique. Dans un message posté sur le forum libéral FECIT, il compare le dogme de l'infaillibilité d'un Concile œcuménique approuvé par un Pape à une "ineptie" !

"Un concile œcuménique approuvé par le pape est infaillible de nature ? d'où sortez-vous cette ineptie ?" (Source : Fecit)


  Ce qu'Austremoine nomme ineptie est tout simplement une vérité de foi crue et enseignée par l'Eglise !

 Oui, il est de foi qu'un Concile convoqué et approuvé par un vrai Pape est par le fait-même infaillible ; tout catholique doit adhérer à ce dogme de foi. Car ex se et de jure, tout concile œcuménique fait partie du Magistère extraordinaire de l'Eglise et est donc infaillible (Concile Vatican 1, Constitution dogmatique Dei Filius, ch. 3).

  "L’infaillibilité conciliaire et pontificale sont interreliées mais non identiques. Les décrets d’un concile approuvés par le Pape sont infaillibles par le simple fait de cette approbation, parce que le Pape est également infaillible extra concilium... L’infaillibilité du concile est intrinsèque, i.e. découle de sa nature." (Catholic encyclopedia, 1913, vol. IV, avec Imprimatur du cardinal Mgr John Murphy Farley, archevêque de New-York et Cardinal) 

 

  "Tous [les théologiens catholiques] admettent comme positif que le concile œcuménique, confirmé par le pontife romain, est infaillible par lui-même." (Théologie dogmatique, T.6, du R.P Perronne, recteur du collège des jésuites, 1858) 

 

 "Les conciles œcuméniques et généraux [approuvés par le Pape] ont par eux-mêmes une autorité suprême et infaillible, tant pour ce qui regarde la foi que pour ce qui regarde les mœurs et certains points généraux de discipline commune à toute l'Église... Cette infaillibilité des conciles œcuméniques leur vient de ce qu'ils représentent tonte l’Église qui est infaillible, selon les promesses de Jésus-Christ." (Dictionnaire de théologie à l'usage des gens du monde de l'abbé Jacquin, 1858) 


 Il ne peut y avoir place au doute ; un Concile œcuménique, c’est l’Église enseignante dans sa totalité, c’est l’organe du magistère universel de l’Église. "Les conciles œcuméniques représentent l'Église universelle" disait le Mgr Thomas Gousset (Archevêque-Cardinal de Reims dans sa Théologie dogmatique, 1853) qui ne faisait que de répéter une vérité enseignée depuis des siècles. Au XV° siècle, lors du Concile de Constance, le Pape Martin V l'affirmait déjà.

 Or, l'Eglise ne peut ni se tromper, ni nous tromper, ceci est l'acte de Foi.

 L'éminent Mgr Louis-Gaston de Ségur, qui s'est vu maintes fois encouragé et félicité par le Pape Pie IX pour ses publications, l'écrit de façon suffisamment claire pour que tout doute soit écarté :

  "Le Concile [convoqué et approuvé par un Pape] n'est autre chose que l'Eglise enseignante assemblée; et c'est pour cela que le Concile est infaillible, et que tous ses décrets, toutes ses décisions ont un caractère d'autorité souveraine et divine. Tout le monde doit s'y soumettre ; tout le monde, sans exception. Et c'est tout simple : qui a le droit de ne pas se soumettre à Dieu ?" (Le Pape est infaillible, 1870) 

 

http://cdn.dipity.com/uploads/events/096114bf6430ff13d699997587e46b20_1M.png

 Il est donc de foi qu'un Concile est, de par nature, infaillible par le fait qu'il soit approuvé par un Pape. Quiconque refuse de reconnaître ce dogme, promulgué lors du Concile Vatican I, professe l'hérésie. Citons pour finir un extrait d'un Dictionnaire de Théologie :

  "Il est certain qu'un Concile auquel ont été invités tous les Pasteurs de l'Eglise universelle , qui est présidé par le Souverain Pontife ou par ses Legats, confirmé par son autorité, est la voix de l'Eglise Catholique, à laquelle tous les fidèles, sans exception, sont obligés de se soumettre. L’Église ne peut professer sa croyance d'une manière plus authentique et plus éclatante que par la voix de ses Pasteurs assemblés et réunis à leur chef. Quiconque refuse de se conformer à cet enseignement est hérétique, cesse d'être membre de l'Eglise de Jésus-Christ."  (Dictionnaire de Théologie du Chanoine Berger, 1823)  


 Nous demandons donc à Austremoine de rétracter son hérésie publique qui le désavoue auprès des lecteurs du forum FECIT et du blog Tradinews. Il est malheureux que des plates-formes internet se proclamant de la Tradition relaient des messages clairement acatholiques. 

Télécharger en fichier PDF (3 pages) en cliquant ICI

> Pour aller plus loin :

- Infaillibilité du "Concile" Vatican II : réfutation d'un article de La Question
- M. l'abbé BELMONT : Le concile Vatican II est-il infaillible ?

- Les portes de l'enfer et Austremoine

Questions & Réponses : Vatican II, le Pape et la FSSPX

Publié le par Clément LECUYER

 Nous publions la traduction en français d'un des articles de Mgr Sanborn : Vatican II, the Pope and SSPX: Q & A. Dans ce dossier (pdf) qui se présente sous forme de questions/réponses, Mgr Sanborn revient sur le concile Vatican II, la situation actuelle de l'Eglise, la position doctrinale de la FSSPX et l'assistance aux messes una cum.
 

Voici la liste des questions retenues :

1. Quel problème le Concile Vatican II pose-t-il ?
2. Quelles doctrines a-t-il enseigné qui étaient déjà condamnées ?

3. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant l'unité de l'Eglise ?
4. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant l'œcuménisme ?
5. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant la liberté religieuse ?
6. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant la collégialité ?
7. Quels problèmes la nouvelle Messe et les changements liturgiques qui ont été promulguées depuis Vatican II soulèvent-ils ?
8. Quel problème les disciplines émanées de Vatican II posent-elles ?
9. Que signifie tout cela ?
10. Ne donnez-vous pas une mauvaise interprétation de Vatican II ?
11. Si ce que vous dites est vrai, qu'en est-il alors des papes de Vatican II ?
12. Pourquoi ne peuvent-ils pas être de vrais Papes Catholiques et de vrais évêques Catholiques ?
13. Pourquoi l'autorité de l'Église Catholique romaine ne peut-elle donner à l'Eglise universelle de fausses doctrines, de fausses pratiques liturgiques et de fausses disciplines ?
14. Avons-nous le pouvoir de dire que ces Papes de Vatican II ne sont pas vrais Papes ?
15. Mais pourquoi ne pouvons-nous passer au crible ce que le Pape fait et dit, accepter ce qui est Catholique et rejeter ce qui est non Catholique ?
16. Mais si votre père vous dit de faire quelque chose de mal, vous devez lui désobéir. Il n’en reste pas moins votre père.
17. Mais que faire si nous ne sommes pas sûr que Vatican II soit erroné et que Benoît XVI soit ou non Pape ?
18. La question de la papauté de Benoît XVI n’est-elle pas une simple question d'opinion ?
19. Y a-t-il eu des situations similaires dans l'histoire ?
20. Un Pape nous a-t-il déjà mis en garde de la possibilité qu’un hérétique occupe le trône de Pierre ?
21. Qu’est-ce que la Messe una cum ?
22. Qui offre la Messe una cum ?
23. Quel est le problème avec la Messe una cum ?
24. Est-ce que le prêtre ne prie pas simplement pour lui, comme vous le feriez pour n'importe qui, même pour vos ennemis ?
25. Pourquoi est-il si mauvais de mentionner le nom de Benoît XVI dans le canon ?
26. Qu'est-ce qui est nécessaire pour qu'une Messe soit considérée comme une Messe Catholique ?
27. La Messe una cum est-elle, dès lors, une Messe schismatique ?
28. Est-il mauvais d'assister à la Messe una cum ?
29. Est-il vraiment mauvais d'assister à la Messe una cum ?
30. Prétendez-vous, alors, que tous les gens qui vont à la Messe una cum sont en état de péché mortel ?
31. Ne pensez-vous pas que votre position soit extrême ?
32. Mais que faire si vous n'avez pas de d’autres Messes où aller ?
33. Que faire si le prêtre pense bien et n'a pas l'intention d'être schismatique ?
34. Que faire si nous assistons à la Messe una cum mais ne sommes pas d'accord avec elle intérieurement ?
36. Que faire si le prêtre est secrètement non una cum, comme c'est le cas de nombreux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X ?
37. N'êtes-vous pas conscient du fait que de nombreux prêtres traditionnels, qui eux-mêmes ne sont pas una cum, pensent qu'il n'est pas mauvais d'assister à ces Messes ?

 
A toutes ces questions importantes,, Mgr Sanborn propose au lecteur des réponses claires et concises. Nous encourageons donc vivement nos lecteurs à lire ce travail très instructif et complet.

 Remarque : Sans développer ce sujet, nous tenons à préciser néanmoins que la position stricte de Mgr Sanborn sur l'assistance à une messe una cum n'est pas partagée par tous les prêtres dits 'sédévacantistes' ; en effet, alors qu'il condamne, sans admettre d'exceptions, l'assistance aux messes una cum, certains religieux  estiment à l'inverse que se rendre à une telle messe peut être envisageable pour quelques uns, dans la mesure où cette non-assistance peut entraîner, suivant les circonstances, des graves "cas de conscience". Cette opinion est défendue par Mgr Guerard des Lauriers entre autres (à retrouver à la page 14 de ce document PDF).

M. l'abbé BELMONT : Le concile Vatican II est-il infaillible ?

Publié le par Clément LECUYER

  Certains catholiques affirment avec aplomb que Vatican II ne fut pas un Concile infaillible (ceci est exact) bien que convoqué, présidé et confirmé par de vrais "papes" qu'ils estiment tout à fait légitimes : Jean XXIII et Paul VI (ceci n'est pas possible). Ainsi, ils pensent pouvoir justifier leur opposition aux hérésies promulgués à la fin de ce "Concile".

 Ce raisonnement, tenu entre autres par la FSSPX et repris récemment par le site Laquestion, est-il valable ? Non ! Nous avons déjà réfuté ces graves erreurs dans notre article Infaillibilité du "Concile" Vatican II : réfutation d'un article de La Question   

M. l'abbé BELMONT, prêtre non una cum, est revenu dernièrement sur ce sujet sur son site Quicumque : Le Concile Vatican II est-il infaillible ?

 Les lecteurs pourront retrouver et télécharger l'exposé de M. l'abbé Belmont ICI (pdf).

Infaillibilité du "Concile" Vatican II : réfutation d'un article de La Question

Publié le par Clément LECUYER

 Certains catholiques affirment avec aplomb que Vatican II ne fut pas un Concile infaillible (ceci est exact) bien que convoqué, présidé et confirmé par de vrais "papes" qu'ils estiment tout à fait légitimes : Jean XXIII et Paul VI (ceci n'est pas possible). Ainsi, ils pensent pouvoir justifier leur opposition aux hérésies promulgués à la fin de ce "Concile".

 Ce raisonnement, tenu entre autres par la FSSPX et repris dernièrement par le site Laquestion, est-il valable ? Non !

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/Bibliotheque/luther/images/luther.jpg
Quand le site Laquestion, vitrine des 'traditionalistes', donne raison à... Luther !
 

  Comme nous le démontrons dans notre dossier, prétendre que l’on peut refuser un concile œcuménique approuvé par un vrai Pape (Montini), c'est donner raison à Luther! En effet, n'est-ce pas Luther qui déclarait que :
 

"Il nous a été donné de pouvoir infirmer l’autorité des conciles, de contredire librement à leurs actes, de nous faire juge des actes qu’ils ont portés, et d’affirmer avec assurance tout ce qui nous paraît vrai; que cela soit approuvé ou réprouvé par n’importe quel concile" (29e proposition de Martin Luther).

 
C
ette proposition fut réprouvée par le Pape Léon X(bulle Exsurge Domine,16 mai 1520) et Luther  fut excommunié. Or n'est-ce pas le raisonnement qu'adoptent objectivement la FSSPX, la FSSP ou encore la C.R.S ?

 L'unique raisonnement catholique à tenir est celui-ci  :

1. Un concile général est infaillible à condition qu’il soit confirmé par le pontife romain (Codex iuris canon icide 1917, canon 227). Dans ce cas-là, ex se, ce concile est intrinsèquement infaillible.

2. Or Vatican II fut un concile général confirmé par un prétendu "Pape". Mais , ce "concile" enseigna des hérésies (telle que la liberté religieuse) et se trompa1.

3. Donc l’homme qui confirma et promulga Vatican II ne fut pas un pontife romain.

  Ainsi, Montini n’était pas Pape et Vatican II n’était pas un "concile", mais un "conciliabule", c’est-à-dire une assemblée hérétique dont les actes sont frappés de nullité.

 Pour lire l'article en entier, (réfutation de l'article de La Question Le concile Vatican II n'est pas dogmatique ; preuves et arguments de notre syllogisme ci-dessus), télécharger le fichier PDF

Le Vatican infiltré par les satanistes

Publié le par Clément

 

 

 


"Au Vatican il y a des membres des sectes sataniques (…) Il y a des prêtres, des prélats et même des cardinaux. "

(Don Amorth, exorciste de Rome)



 Retrouver le dossier PDF du site Virgo-Maria qui a repris les déclaratioons de Don Amorth ICI

 

 


yeahh-benoit-xvi

 

 

 

L'abbé Ratzinger surpris en faisant le signe du Cornuto (code satanique)

 


 "D'après l'enseignement des apôtres, un jour viendra où Satan, plein de rage contre Jésus-Christ et les chrétiens, regagnera le terrain qu'il a perdu, affermira son règne et l'étendra au loin. Alors il se jettera sur Rome, parce qu'elle est sa rivale et le séjour des Pontifes. Il s'en rendra maître, chassera le Vicaire de Jésus-Christ, persécutera les vrais fidèles et égorgera les religieux et les prêtres."

 ( Cornélius a Lapide, Suarez, saint Robert Bellarmin. Cité par Mgr Gaume, La Situation, 1860, page 28 )

 "Le Christ a permis ceci: que l’Antéchrist, tête de tous les schismatiques, siègerait dans le temple de Dieu, que les siens (les vrais chrétiens) seraient exilés, et que ceux qui ne sont pas les siens occuperaient un jour le siège de Pierre."

(Pierre le vénérable, De miraculis libri duo, livre II, ch.16; Bol. T.14, page 473).

L’abbé Floriano Abrahamowicz brûle les textes du Concile Vatican II

Publié le par Clément


  Dans un acte de nature éminemment religieux, l’abbé Floriano Abrahamowicz a condamné et brûlé sur le bûcher les textes du Concile Vatican II. Revêtu des vêtements sacerdotaux, il a mis en avant cet acte qui, sans doute, scandalisera beaucoup, mais qui est cohérent avec sa ligne  de pensée, lui qui, l’année  dernière, a qualifié de cloaque les textes scandaleux de Vatican II. Déchirez-vous les vêtements comme Caïphe à votre tour !





  La police de Trévise s’est procurée les images montrant la destruction dans un feu de cheminée des documents du Concile Vatican II par l’abbé Floriano Abrahamowicz. Ce prêtre lefebvriste “ultra” a entre-temps été expulsé de la Fraternité sacerdotale St-Pie X en raison de ses positions négationnistes sur l’holocauste des juifs perpétré par les nazis.

   Le prêtre traditionaliste aux cheveux rasés, âgé de 48 ans et originaire de Vienne, a célébré la messe dimanche dans un appartement privé à Paese, près de Trévise, au nord-est de l’Italie. Abrahamowicz est filmé en train de jeter les textes conciliaires dans le feu en prononçant des paroles à l’instar d’un exorciste.   « Nous renonçons à Satan et à son Concile Vatican II, que nous confions aux flammes », lance-t-il, tout en faisant le serment antimoderniste du pape Pie X, annonce le quotidien italien “La Stampa” de mardi 16 mars.

   À la cérémonie étaient présents quelques-uns des ses “fidèles”, une trentaine, venant de la région, mais également des provinces de Vérone, de Padoue et de Venise. “La Tribune de Trévise” relate que pendant cet acte de “purification” où le prêtre ultra a brûlé les textes de Vatican II, la foule chantait en latin.

Floriano Abrahamowicz, qui était alors le chef de la communauté lefebvriste du Nord-Est de l’Italie, avait déjà fait parler de lui en février 2009. Il avait qualifié le Concile Vatican II de “Cloaca maxima” (plus grand cloaque) d’hérésies. Le Concile Vatican II est “pire qu’une hérésie“, avait-il alors affirmé. Plus récemment, Don Floriano Abrahamowicz s’était illustré en déclarant savoir que les chambres à gaz avaient existé “au moins pour désinfecter, mais je ne peux pas dire si elles ont fait des morts ou non, parce que je n’ai pas creusé la question”. Il avait également mis en doute le génocide de six millions de juifs.

 

Source :  radiocristiandad.wordpress et catholicapedia.info

Qualification de Vatican II

Publié le par Clément


  Régulièrement revient l’objection que les erreurs enseignées par Vatican II ne disqualifient pas leurs auteurs, sous prétexte que, ce concile s’étant déclaré “pastoral”, ni Paul VI ni les évêques qui l’ont suivi n’entendaient faire de ces enseignements des vérités de foi.

http://www.dici.org/wp-content/uploads/2009/12/gherardinigrand.jpg
   Monsieur J-P Bontemps nous a fait parvenir une petite synthèse où il démontre qu’en toute logique, Vatican II relève du magistère extraordinaire, en dépit des déclarations de Paul VI en sens contraire.

 Lire l'article
 Ouvrir et télécharger en format PDF (4 pages)
  Complément :  Ce qu'est le Magistère Ordinaire Universel (2 pages)

Révérend Père BARBARA : "Il suffit d'en lire les textes officiels, en particulier la formule solennelle qui termine chacun d’eux juste avant la signature du “Pape” et des Pères, pour répondre par l’affirmative et pour se convaincre que l’histoire du “concile pastoral” n’a été dans la réalité qu’un attrape-nigauds ou, si l’on préfère, une habileté de la subversion pour chloroformer les “Pères” et leur faire avaliser toutes ses erreurs." (Infaillibilité du magistère ordinaire du Pape, p. 23)

 

Concernant l'infaillibilité du "Concile Vatican II"

Publié le par Clément LECUYER


  Certains "catholiques" affirment avec aplomb que Vatican II NE FUT PAS UN CONCILE INFAILLIBLE bien que convonqué, présidé et confirmé par des "papes" qu'ils estiment tout à fait légitimes : Jean XXIII (Roncalli) et Paul VI (Montini).

 Ce raisonnement, tenu entre autres par la FSSPX, est-il valable ? C'est ce que nous allons voir dans cet article où  nous nous sommes basés sur plusieurs extraits d'interventions  faites sur le forum Deo Juvante.

Sommaire :

1. Un Concile Universel et Solennel
2. Un Concile traitant de doctrine
3. Conclusion

4. La position catholique à avoir

Lire la suite de l'article


Mgr Sanborn : Vatican II face à la doctrine catholique

Publié le par Administrateur

1. Qu’est-ce qui est mauvais dans le Concile Vatican II ?


 Le Concile Vatican II a enseigné des doctrines qui avaient déjà été condamnées par l’Eglise, et a établi des mesures disciplinaires qui sont contraires à l’enseignement et à la pratique constante de l’Eglise.


2. Quelles doctrines a-t-il enseigné qui étaient déjà condamnées ?


Il y a quatre erreurs majeures :

(1) concernant l’unité de l’Eglise;

(2) concernant l’oecumenisme;

(3) concernant la liberté religieuse;

(4) concernant la collégialité.


3. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant l’unité de l’Eglise ?


 Vatican II enseigne une hérésie concernant l’unité de l’Eglise, à savoir que l’Eglise du Christ ne s’identifie pas exclusivement avec l’Eglise catholique, mais subsiste simplement en elle. Cette doctrine hérétique est contenue principalement dans Lumen Gentium, et sa signification hérétique est confirmée dans des déclarations de Paul VI et de ses successeurs, en particulier dans le Code de droit canonique de 1983, dans la Déclaration de 1992 sur l’Eglise comme communion, et dans le Directoire œcuménique. Elle est contraire à l’enseignement de l’Eglise catholique, contenu principalement dans Satis Cognitum du Pape Léon XIII, Mortalium Animos du Pape Pie XI, Mystici Corporis du Pape Pie XII, et dans les condamnations de la « Théorie des branches » prononcées par le Saint-Office sous Pie IX.


4. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant l’oecuménisme ?


 L’enseignement de Vatican II concernant l’oecuménisme, qui affirme que les religions non-catholiques sont des moyens de salut, est ouvertement hérétique. Cette doctrine contredit directement l’enseignement de l’Eglise selon lequel il n’y a pas de salut hors de l’Eglise catholique – enseignement que le Pape Pie IX qualifiait de dogme catholique le plus connu. En outre, les pratiques œcuméniques qui ont résulté de cette doctrine hérétique sont directement contraires à Mortalium Animos du Pape Pie XI.


5. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant la liberté religieuse ?


 L’enseignement de Vatican II sur la liberté religieuse, contenu dans Dignitatis Humanæ, affirme quasiment mot pour mot la même doctrine que celle qui a été condamnée par le Pape

Pie VII dans Post Tam Diuturnas, par le Pape Grégoire XVI dans Mirari Vos, par le Pape Pie IX dans Quanta Cura, et par le Pape Léon XIII dans Libertas Præstantissimum.

L’enseignement de Vatican II sur la liberté religieuse contredit également la royauté de Jésus-Christ sur la société telle que l’exprimait dans Quas Primas le Pape Pie XI, et l’attitude et la pratique constantes de l’Eglise vis-à-vis de la société civile.

                                                

6. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant la collégialité ?


 L’enseignement de Vatican II concernant la collégialité altère la constitution monarchique de l’Eglise catholique, dont elle a été pourvue par le Divin Sauveur. La doctrine de Vatican II, confirmée par le Code de droit canonique de 1983, qui affirme que le sujet (le possesseur) de l’autorité suprême dans l’Eglise est le collège des évêques avec le Pape, est contraire à la doctrine définie par les Conciles de Florence et de Vatican  I.

 

sem_faculty  La traduction de cet extrait d'une étude de Mgr Donald Sanborn (disponible sur le site Traditionalmass.org) a été réalisée par nos soins, avec l'aimable autorisation de l'auteur. Mgr Donald J. Sanborn a été l'un des premiers séminaristes de la Fraternité Saint-Pie X à Ecône, où il est entré en 1971. Il a été ordonné le 29 juin 1975 par Mgr Lefebvre. Après plusieurs années d'apostolat aux Etats-Unis, durant lesquelles il a notamment été recteur de St. Joseph's House of Studies à Armada (Michigan), premier séminaire américain de la Fraternité, il a quitté, en avril 1983, avec huit autres prêtres, la Fraternité Saint-Pie X, dont il rejetait la position théologique concernant la situation actuelle de l'autorité dans l'Eglise. Il a publié de nombreuses études analysant les erreurs de Vatican II et de Jean-Paul II, ainsi qu'un ouvrage intitulé De Papatu materiali (La Papauté matérielle) dans lequel il expose et illustre la thèse de la vacance formelle du Siège Apostolique, élaborée en son temps par Mgr Guérard des Lauriers O.P. (connue sous le nom de "thèse de Cassiciacum"). En 1995, il a fondé le Most Holy Trinity Seminary (Séminaire de la Très Sainte Trinité) dont il est toujours le Recteur. Il a été consacré évêque en juin 2002 par Mgr Robert F. McKenna, O.P

Source : http://profidecatholica.canalblog.com/

Vatican II : Ouverture à un Nouvel Ordre Mondial

Publié le par clément

VATICAN II 

OUVERTURE A UN NOUVEL ORDRE MONDIAL


par Yves Roussigny


  Le nouvel ordre mondial existe bien, aujourd’hui les acteurs de cette manigance ne ce cachent plus :

"Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des É-U, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale plus intégrée ainsi qu’une structure économique – un seul monde si vous voulez. Si cela est l'accusation, je suis coupable et fier de l’être."  David Rockefeller, MEMOIRES, page 405

Qu’est-ce que le nouvel ordre mondial ?


  Le nouvel ordre mondial se fonde sur la volonté de créer un empire international et global centré autour d’une seule puissance mondiale. Déjà la guerre-froide et la construction des deux blocs sont une première vision du mondialisme. Jusqu'à aujourd'hui beaucoup de choses ont été entamées, en particulier L'union Européenne (Il ne manque plus que le traité de Lisbonne), une future union des Etat d'Amérique du Nord (É-U, Canada, Mexique) ou encore dans un avenir proche une union des pays asiatiques...
Une monnaie unique… ? Non.

  La volonté d’un peuple unique, une langue unique, Un NOM ! Une nouvelle tour de Babel !!!

Pourquoi ?


  La tour de Babel : Gn. 11, 4. « Allons, bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet atteigne les cieux. Ainsi nous nous ferons un nom… »

Cette volonté d’une grande cité unique est un acte d’orgueil envers Dieu. La volonté de se faire un nom est basée sur la volonté d’avoir une propre identité. Le nom est ce qui structure une chose ce qui lui donne sa forme. L’épisode de la tour de Babel nous montre encore une fois (cf. Gn. 3, 4) que l’homme veut se mettre à l’égal de Dieu. Nous pouvons dire qu’il cherche même à le dominer.

Le nouvel ordre mondial qui est cherché aujourd’hui par les hautes personnalités a le même but. Il faut savoir que ce projet s’est élaboré dans les loges maçonniques, qui rappelons-le ont comme but la destruction de l’Eglise et de la Royauté du Christ sur terre.

Qui sont les acteurs de ce nouvel ordre mondial ?


  Les principaux acteurs sont les chefs d’Etat et les grands personnages du visage politique tels que : Nicolas Sarkozy, Barak Obama, François Hollande, Dominique de Villepin, Ségolène Royale, Bill Clinton, George Bush, Angela Merkel, José Luis Zapatero….

Nous trouvons aussi les lobbies, des sociétés comme : Boeing, Coca-Cola, Michelin, Daimler Chrysler, Bertelsmann…

Et depuis Vatican II, la Rome conciliaire !!!


Rome (Vat. II) et le Nouvel Ordre Mondial

 

« Le catholicisme d’avant Vatican II, c’est le monde qui devait s’adapter à l’Eglise, convertir tout les peuples au catholicisme et faire en sorte que la royauté du Christ soit reconnue. Vatican II a inversé, c’est l’Eglise qui doit s’adapter au monde. »

 Pierre HILLARD, répondant aux questions de WeAreChange le 6 février 2009 (docteur en science politique, spécialiste des affaires européennes, du mondialisme )

http://patrick.delsaut1.club.fr/le_grand_complot_page2_fichiers/entre_les_mains_du_gouvernement_mondial.jpg  Que disait l’Eglise avant Vatican II sur le nouvel ordre mondial ?

 


  « Le nouvel ordre mondial est diabolique »  Pie XI dans l’encyclique Mortalium Animos, 6 janvier 1928 *
  * Note de l'administrateur de catholique-sedevacantiste : On ne retrouve pas une telle phrase dans l'encyclique Mortalium Animos. En fait, cette citation (qui ne se retrouve donc pas dans l'encyclique)  reflète en fait l'esprit que l'on pourrait donner aujourd'hui aux propos de Pie XI qui, dans cette encyclique, condamne clairement toutes les bases sur lesquelles se basent la construction du Nouvel Ordre Mondial, qui prépare manifestement la venue de l'Antéchrist, telle qu'elle nous est annoncée dans l'Ecriture et dans les prophéties.

  Voici quelques extraits de discours ou homélies des " Papes " conciliaires appelant la création de ce nouvel ordre mondial:


  « Le Nouvel Ordre Mondial est la sainte unité »  Jean-Paul II en 1987 pendant un voyage en Amérique


  «Il faut un ordre qui soit en mesure d'assurer des solutions adéquates aux problèmes d'aujourd'hui, fondées sur la dignité de la personne humaine, sur un développement intégral de la société, sur la solidarité entre pays riches et pays pauvres, sur le partage des ressources et des résultats extraordinaires fournis par le progrès scientifique et technique»
Jean-Paul II, 1 janvier 2004



« Homme moderne, adulte pourtant parfois faible dans sa pensée et dans sa volonté, laisse-toi prendre par la main par l’Enfant de Bethléem; ne crains pas, aie confiance en Lui! La force vivifiante de sa lumière t’encourage à t’engager dans l’édification d’un nouvel ordre mondial, fondé sur de justes relations éthiques et économiques. Que son amour guide les peuples et éclaire leur conscience commune d’être une «famille» appelée à construire des relations de confiance et de soutien mutuel. L’humanité unie pourra affronter les problèmes nombreux et préoccupants du moment présent: de la menace terroriste aux conditions d’humiliante pauvreté dans laquelle vivent des millions d’êtres humains, de la prolifération des armes aux pandémies et à la dégradation de l’environnement qui menace l’avenir de la planète. »  Benoît XVI, 26 décembre 2005


FIN


  Paul VI appelait déjà en 1970 à l'établissement d'un Nouvel Ordre Mondial :

 

L'Eglise catholique appelle tous ses fils à entreprendre avec tous les hommes de bonne volonté, de toutes races et de toutes nations, cette croisade pacifique pour le salut de l'homme. Et en quoi consiste ce salut ? En l'établissement d'une communauté mondiale unie et fraternelle... (Sydney, le 3 décembre 1970)

 

1 2 3 > >>