Sermon de Mgr Dolan donné à la chapelle Saint Pie V de Rennes

Sermon donné à la Chapelle Saint Pie V de Rennes, le 18 octobre 2009

(Mgr Dolan étant américain, il ne maîtrise pas parfaitement la langue française)

 

  Messieurs les abbés, mon Père, ma sœur, bien chers frères et fidèles, je suis venu ici vous rendre visite mais surtout pour faire des ordinations c'est-à-dire pour préparer le chemin du sacerdoce en ordonnant déjà un sous-diacre parmi vous et faire aujourd'hui des confirmations. S'il s'agit de préparer une ordination sacerdotale, il ne s'agit pas du tout d'ordonner un prêtre indépendant de plus. Non, il s'agit plutôt de nous en obtenir une messe de plus, c'est quelque chose de très important. Voyez-vous, comme monsieur l'abbé Roger est déjà débordé de travail, nous sommes certain que le frère Guillaume sera un bon vicaire pour lui et je pense aussi que sa formation monastique lui servira très bien pour l'obéissance, la stabilité; ce sont des vertus qu'on ne voit pas tellement de nos jours mais ce sont des choses très importantes. J'espère bien, je suis persuadé que le frère Guillaume va bien profiter de l'exemple de monsieur l'abbé Roger mais aussi des autres prêtres, pour se préparer à célébrer le Saint Sacrifice de la Messe. Prions bien pour lui pendant cette année de préparation au diaconat et éventuellement au sacerdoce.

Aujourd'hui, on se sert des ornements rouges parce que saint Luc, voyez-vous, est un martyr ; il a versé son sang pour la Foi catholique, pour l'amour de Dieu. Mais surtout, on porte des ornements rouges en l'honneur du Saint Esprit. Aujourd'hui, voyez-vous, on pourrait dire qu'il ne s'agit que du Saint Esprit, tant pour notre nouveau sous-diacre, comme pour nos futurs soldats du Christ, les confirmants. Donc nous devons tous d'une manière spirituelle nous présenter devant Dieu, comme une toile déjà prête pour le peintre ; le peintre, c'est bien le Saint Esprit. On dit que Saint Luc n'était pas seulement écrivain, médecin et disciple de Notre Seigneur, prince et évêque mais aussi qu'il était peintre. C'est bien possible selon la tradition qui nous a laissé quelques images peintes de ses mains comme par exemple des images de Notre Seigneur à Rome et aussi de Notre Dame que ce soit à Rome, à Venise ou même en Pologne, comme Notre-Dame de Czestokowa (1). Aujourd'hui, c'est le Saint Esprit qui est le peintre et il s'agit de rendre surtout ce futur peintre.

 Au début de la cérémonie, c'est qu'il (le futur sous-diacre) s'est présenté devant l'évêque et s'est donné d'une façon très volontaire à Dieu, en faisant un pas décisif après son absout. Nous avons ensuite tous chanté les litanies des saints pour évoquer l'armée céleste, pour lui apporter de l'aide. Puis, je lui ai donné beaucoup de bénédictions pour attirer de Dieu la bénédiction du Saint Esprit, ses sept dons et pour ainsi recevoir d'une façon digne le sacerdoce donné par l'évêque.

 Après la messe d'aujourd'hui, après le dernier évangile, il y en aura parmi vous qui recevront la perfection de votre baptême et là aussi il s'agit de prier le Saint Esprit, là aussi il s'agit de recevoir bien ces 7 dons dans vos âmes. Ce qui a commencé par le saint baptême sera aujourd'hui perfectionné; vous devrez vivre, comme le catéchisme nous l'enseigne, en chrétien parfait c'est-à-dire en soldats de Notre Seigneur et Roi Jésus-Christ. Ce sont des choses qu'on ne peut pas faire soi-même : il faut bien prier, surtout prier en méditant vos chapelets; c'est comme ça que le Saint Esprit peut se servir de vous, de vos âmes comme des toiles prêtes pour recevoir toutes ces couleurs, couleurs de Dieu et du Saint Esprit.

 Je suis toujours un peu frappé, quand il me vient d'ordonner un sous-diacre, par les paroles de Saint Paul lors de l'imposition que l'évêque fait à l'ordinant, juste avant qu'il soit ordonné sous-diacre, premier des ordres majeurs. Saint Paul dit que tout ce qui ne vient pas de la Foi est péché, schisme et est en dehors de l'unité de l'Eglise. C'est quelque chose de très important à bien méditer de nos jours. Peut-être que vous pourrez vous demander : mais qui êtes-vous Monseigneur pour être venu parmi nous comme ça en France ! Vous n'êtes pas de la Fraternité ! Non, je n'en suis pas mais, j'ai tout de même été ordonné par Mgr Lefebvre. Evidemment, je ne suis pas non plus français. Mais je suis catholique comme vous, baptisé et confirmé catholique, ordonné prêtre et sacré évêque dans la lignée de notre évêque - malheureusement assez calomnié de nos jours,- mais quand même, comme Mgr Lefebvre, un vrai évêque, un évêque très, très dévoué et très pieux, c'est-à-dire Mgr Ngô-Dinh-Thuc. Ces évêques nous donnent un très bel exemple de ce qu'il faut faire pour rester bien sur le bon chemin et dans l'Eglise du Christ. Pour nous, il ne s'agit pas de schisme. Nous, nous ne voulons pas être de ce nombre qui tout en reconnaissant ce soit-disant Pape, s'oppose à lui dans les matières de la Foi et de la morale. Ce n'est pas possible, ça. Ça, ce n'est pas catholique. Il s'agit plutôt, comme nous dit Saint Paul, de schisme. Nous ne voulons pas être en dehors de la vraie Eglise catholique en suivant ces chemins vers l'hérésie, voir même l'apostasie. Il ne nous intéresse pas d'en obtenir une chapelle latérale. Ce n'est pas vrai, voyez-vous, il ne faut pas voir les choses de cette manière : « Moi, bien, j'ai ma messe, ça va pour moi, ce n'est pas trop loin. Ça va, j'ai ma messe ». Non, ce n'est pas ça. Comme ça, vous risquez d'aller trop loin, en dehors de l'Eglise catholique. Alors, attention ! Dans le temps où Mgr par exemple est venu dans cette chapelle Saint Pie V, dans les années du Révèrent Père, grand missionnaire, qui était parmi vous pendant bien des années, dans ce temps, il s'agissait d'une certaine façon de la messe car il n'y avait guère plus de messes. Mais maintenant, l'ennemi est plus malin. Il sait bien qu'on a quand même une certaine soif pour sa messe et donc il nous propose une messe ; parfois, c'est bien chanté en latin, tout est comme il faut mais hors de l'unité de l'Eglise. Il s'agit d'une Eglise fausse, il s'agit de cette Eglise mondiale. Ce n'est pas l'Eglise catholique, sainte, apostolique et romaine. Il s'agit de quelque chose de monstrueux ; il s'agit plutôt de l'Eglise de l'Antéchrist comme nous enseigne bien, n'est-ce-pas, Notre-Dame à la Salette : « Rome perdra la foi et l'Eglise sera éclipsée ». C'est ça qui se passe effectivement de nos jours. C'est pour ça d'ailleurs, je tiens à vous le dire, il ne faut jamais prendre mal de ces divisions, de ces quelques paroles, même parmi les catholiques et les bons, saints prêtres. Ces chose sont normales car il s'agit de châtiment divin. Si l'Eglise est éclipsée, c'est-à-dire qu'il n'y a plus de soleil, nous sommes plombés dans les ténèbres voyez-vous; c'est normal. C'est le châtiment du Bon Dieu, il faut l'accepter tel quel, mais quand même, grâce à Dieu, avec quelques sacrifices pour les évêques, pour les prêtres et fidèles, on y arrive : nous avons des messes, les sacrements, le catéchisme, et tout ce qu'il nous faut même aujourd'hui par la grâce du Bon Dieu. Donc, prions bien Notre-Dame, le Coeur Immaculé du St-Esprit, qu'Elle nous prépare, qu'Elle nous aide à nous présenter devant Dieu, pas avec nos idées, pas avec celles des hérétiques, des ralliés, de tous ceux..., non çà il faut éviter tout cela, comme il faut bien éviter cette nouvelle Eglise Mondiale. C'est à nous de nous présenter comme une toile devant le peintre, le Saint-Esprit. Il voudrait que nous, nous mourrions en bons martyrs, vous les soldats du Christ, je n'en doute pas vous y arriverez ; mais autrement il faut vivre un peu en martyr, de nos jours. Nous sommes un peu les minorités, mais quand même, çà n'est pas grand chose : il ne faut pas regarder les chiffres, le Bon Dieu non plus ne regarde pas les chiffres. Lui il juge, il regarde un par un :

- « Vous, qu'est-ce que vous avez fait pour moi et pour mon Eglise ? ».

- « Oh mais quand même mon Dieu, j'avais ma messe ! ».

- « Non, qu'est-ce-que vous avez fait pour Moi, pour la Vérité de l'Eglise Catholique. Est-ce que vous avez suivi les traces des bons prêtres, des bons évêques d'autrefois, ou est-ce-que vous étiez finalement des lâches ? »

Vous, si vous vous trouvez de ce côté, vous risquez de vivre et de mourir dans cette Eglise fausse mondiale de l'Antéchrist !

 C'est net, et cela doit être net, çà ce sont les paroles de Dieu, ce ne sont pas les miennes. Avec les hérétiques, on ne discute pas : bien sûr, on prie pour les hérétiques, on les corrige, mais l'on ne fait pas ensemble des négociations ! Çà, c'est tout à fait ce que nous dit Saint Paul aujourd'hui, dans l'admission de notre sous-diacre : « Hors de l'Eglise, c'est du schisme, c'est du péché mortel » et çà, çà ne nous intéresse pas du tout .

 C'est dans cet esprit vraiment catholique que nous prions le Seigneur aujourd'hui ; cet esprit authentique nécessite nécessairement un esprit de sacrifice, mais çà implique aussi une certaine sérénité dans nos esprits. Il s'agit aussi bien de la joie de cet esprit dans nos âmes.

 Que Dieu vous bénisse.

 Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi-soit-il.

 

 

Publié dans Divers