Pour qui donc roule le site Virgo-maria ?


On ne témoigne pas de la foi catholique sans un véritable souci de la vérité, de la justice et de la charité ; on ne travaille pas au règne de Jésus-Christ et au triomphe de son Église en violant les vertus chrétiennes dont notre Sauveur à fait la substance de son Évangile. Imaginer le contraire est une mortelle illusion. C'est pourquoi j'ai été amené, voici quelques mois, à publier dans Notre-Dame de la Sainte-Espérance une mise en garde contre un site internet qui veut défendre la vérité catholique, mais sans magnifier cette vérité par la rigueur doctrinale et par la rectitude morale qui l'accompagnent nécessairement sous peine d'obtenir l'effet inverse à celui escompté. Je recopie ici cette brève mise en garde, car il y a un état d'esprit qui rebute à bon droit les âmes qui cherchent sincèrement ce que requiert la foi catholique dans les temps difficiles que nous vivons.

« Autre question : mais pour qui donc roule le site Margo-Varia ? Si l’on voulait dissuader les personnes sensées (mais engluées dans de fausses doctrines) de réfléchir à la situation de l’autorité et d’en tirer les conséquences, on ne s’y prendrait pas autrement. Ce site qui passe çà et là pour la vitrine du sédévacantisme sert de prétexte (ou constitue une raison) de refus ou d’indifférence : certains renoncent à professer et à appliquer intégralement la foi catholique, par crainte de devenir « comme eux ». Hélas, on peut les comprendre…

« L’absence de la doctrine, le soupçon tous azimuts, l’accusation gratuite, le plaisir malsain à remuer la fange (réelle ou maladivement imaginée) en font un site étranger à la sainteté de l’Église et au témoignage qu’on en doit rendre. Qui a intérêt à flatter l’avidité des nouvelles sulfureuses et dénigrantes qui dort en chacun de nous et qui tue la vie spirituelle ? Qui donc, sinon l’ennemi de notre salut ?

« J’ai dit absence de la doctrine : car on ne défend pas la doctrine catholique sans l’étudier et la méditer assidûment, sans l’exposer sereinement, sans la vouloir pour elle-même. Quand les considérations doctrinales ne sont qu’un accessoire qui permet de « descendre » telle ou telle personne – et dans le même temps d’en exalter une autre qui professe les mêmes erreurs ; quand le souci dominant est d’attacher des étiquettes aux gens : alors on ne mène pas le combat de Dieu. « Peu importe que ce soit à droite ou à gauche que l’on dévie en glissant hors de la voie droite ; ce qui est grave, c’est de quitter le chemin de la vérité » avertit saint Jérôme dans l’homélie du bréviaire de ce matin (vendredi après les Cendres).

« Que des gens fort honorables se portent caution de Margo-Varia ou s’en délectent, ce demeure pour moi un vrai mystère ; mais cela ne me convainc pas que ce site concourt à magnifier la foi catholique et la splendeur de l’Église. Il mérite d’entendre l’avertissement de sainte Jeanne d’Arc : Ce sont les péchés mortels qui font perdre les batailles. Aussi je repose la question : pour qui roule Margo-Varia ? »
 
Abbé Belmont, quicumque