Le déicide

Publié le par Clément LECUYER

  En ce vendredi saint, nous publions l'article Le Déicide de M. l'abbé Nitoglia, publié en 1992 dans la revue Sodalitium.

 Sommaire :

1. La responsabilité des Juifs dans la mort de Notre-Seigneur selon les Pères de l'Eglise
2. Le meurtre du Christ selon Saint Thomas

3. Le déicide selon un Juif converti
4. La culpabilité de la foule
5. L'opinion de Maritain
6. L'opinion de Mgr Spadafora
7. L'opinion de Mgr Carli
8. Peut-on appeler les Juifs "réprouvés" de Dieu ?
9. Peut-on appeler les Juifs "maudits" de Dieu ?
10. Le déicide et le Concile de Vatican II
11. L'opinion d'un Juif converti sur 'Nostra Aetate'
12. Conclusion

______________

Introduction  

 Pour tous les Pères, unanimement, le judaïsme religieux dans son ensemble est responsable de la mort de Notre-Seigneur Jésus-Christ. 

"Les Pères se placent dans une perspective... religieuse, et aucunement raciale. …Il faut d'abord distinguer entre la réalité naturelle qu'est le peuple juif et le judaïsme religieux : celui-ci ne représente qu'une branche de ce peuple. Dans la mise à mort du Christ, c'est la communauté religieuse d'Israël qui est impliquée, et non le peuple juif qui... par cet événement... s'est trouvé scindé en deux. La branche fidèle d'Israël, le "petit reste" a donné naissance à l'Eglise. (…). Au contraire, certains chefs religieux ont voulu la condamnation de Jésus, ...[on ne peut donc] rendre tous les Juifs responsables d'un péché commis jadis par certains de leurs ancêtres. Seuls sont coupables devant Dieu ceux qui renouvellent la faute originelle par leur refus personnel. Toutefois, il ne s'agit pas d'innocenter en bloc tous les Juifs... Les Juifs conservent encore une certaine forme de culpabilité dans la mesure où ils adoptent l'attitude de leurs ancêtres (…) Le judaïsme religieux... s'oppose à l'Eglise exactement comme il s'est opposé, dans la personne de ses chefs... au message du Christ" (D. Judant, judaïsme et Christianisme, Les Editions du Cèdre, Paris 1969, pp. 88-91). 

Suite de l'article - lire le dossier PDF

_______________

 Le mensonge de l'abbé Ratzinger

 Dans le second tome de son livre Jésus de Nazareth, l'abbé Ratzinger, qui se prétend être le Vicaire de Celui qui a été mis à mort par les "juifs talmudiques" (!),  s'attache à démonter le concept selon lequel le peuple juif serait collectivement responsable de la mort du Christ. Ainsi, l'Eglise catholique n'aurait jamais parlé de la communauté religieuse juive comme étant déicide. Ceci est entièrement faux : en lisant le document mis en ligne ci-dessus, les lecteurs pourront constater ce mensonge. L'Eglise, par la voix unanime des Pères de l'Eglise, de Saint Thomas d'Aquin et des Papes, enseigne avec raison que le  judaïsme religieux (à ne pas confondre avec le peuple juif) est coupable de tentative de déicide :

 Saint Thomas : "On se pose alors une objection : si les Juifs n'ont pas tué la Divinité (qui dans le Christ ne meurt pas), ils sont seulement coupables de simple homicide (et non de DEICIDE, ndr). A cela je réponds : Si quelqu'un salit volontairement le vêtement du Roi, n'est-il pas considéré comme aussi coupable que s'il avait souillé la personne elle-même? Pour cette raison, bien qu'ils n'aient pas tué la nature divine du Christ (chose impossible), les auteurs moraux de la mort ont mérité, à cause de leurs intentions, une très grave condamnation. … Qui lacère un décret royal attente à la majesté royale elle-même ; et donc LE PECHE DES JUIFS EST UN PECHE DE TENTATIVE DE DEICIDE" (Symb. Ap., a. 4, n° 912, Opuscula theologica ; De re spirituali, Marietti, Torino 1954).

 Comme le montre l'abbé Nitoglian Saint Thomas [S. Th. III, q. 47, a. 5, ad 3um] démontre que "les Juifs ont pêché pour avoir crucifié le Christ non seulement comme homme, mais aussi comme Dieu"  (Et ideo Judaei peccaverunt, non solum hominis Chrisit, sed tamquam Dei Crucifixores).

 Le faux argument de Vatican II repris par l'abbé Ratzinger

  Le Conciliabule de Vatican II déclare que la mort de Notre-Seigneur est "DUE AUX PECHES DE TOUS LES HOMMES" (Nostra Aetate, 4) "ce qui n'est aucunement contesté si l'on veut parler de la cause éloignée ; mais par contre ce furent les juifs la CAUSE PROCHAINE de la mort de Jésus (Judas, les princes des prêtres et la foule), comme on l'a démontré 'ad abundantiam' pour le DEICIDE." (abbé Nitoglia).

 Nous finirons en citant un extrait d'un écrit du Père Isidoro da Alatri (Qui a tué Jésus-Christ) :

 "... Alléguant ce que dit Jésus dans le jardin de Gethsémani: "C'est assez, l'heure est venue; voici que le Fils de l'Homme va être livré aux mains des pécheurs" (Mc XIV, 41), nos adversaires croient pouvoir s'en tirer en affirmant: "Puisque nous sommes tous pécheurs, nous L'avons tous tué". Voilà qui est passer ici brutalement de l'ordre historique à l'ordre moral et mystique. Il est vrai que tous nous sommes pécheurs et que, comme tels, nous avons participé à la mort du Christ venu sur la terre justement pour sauver les pécheurs et mort pour les pécheurs; cela ne fait aucun doute. Mais on ne peut néanmoins affirmer que tous les pécheurs L'ont tué de leurs propres mains, L'ont conduit à Pilate et ont demandé Sa mort avec instance. Et en effet dire que le Christ est mort pour sauver tous les pécheurs est une chose; une autre est d'affirmer que tous les pécheurs L'ont tué en insistant comme des forcenés pour que Pilate Le condamne à mort, Le remette entre leurs mains et à la merci de leur volonté perverse, tyrannique et sanguinaire exigeant à plusieurs reprises le supplice de la croix... Qu'Il soit mort pour les pécheurs est une vérité si rebattue dans la Foi des chrétiens que cela ne vaut même pas la peine de le prouver; en font foi les textes bibliques bien connus du prophète Isaïe (Is. LIII, 4-5), l'autorité de saint Paul (Rom. V, 5-8), et tant d'autres témoignages qui abondent dans les Livres Saints et toute la littérature chrétienne dogmatique, morale, ascétique et mystique. [...]  Qui donc a tué le Christ? Les paroles de saint Pierre, de saint Paul et de saint Etienne sont unanimes et devraient suffire, il me semble, à convaincre quiconque le veut bien ou a cru le contraire: le Christ a été trahi, tué et crucifié par le peuple juif et ses chefs."

 Il nous reste plus qu'à prier pour la conversion des juifs qui ont refusé de suivre la nouvelle Alliance :

“Prions aussi pour les perfides juifs, afin que Dieu notre Seigneur enlève le voile de leurs cœurs et qu’ils reconnaissent avec nous Jésus-Christ Notre Seigneur (prière pour la conversion des juifs de l'office du Vendredi saint)