Catastrophes au Japon : réflexions

Publié le par Clément LECUYER

"Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre il y aura de l'angoisse chez les nations qui ne sauront que faire,  au bruit de la mer et des flots,  les hommes rendant l'âme de terreur dans l'attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées."  (Evangile selon saint Luc 25-26)

 Vous le savez sans doute, le Japon a subi vendredi dernier un violent tremblement de terre, suivi de près par un tsunami puis par de sérieux problèmes liés aux centrales nucléaires. Les morts se comptent par milliers (voire par dizaines de milliers) et les dégats matériels sont énormes (évalués à plus de 130 milliards de dollars). Des fuites radioactives ont été détectées autour d'une centrale. La menace d'un second séisme semblable s'intensifie (les autorités nippones affirment qu'il y a 70% de chances qu'un nouveau séisme d'une amplitude similaire ait lieu dans les jours à venir). Bref, une grande partie du pays est dans un triste état.

Et alors ? ... voilà quelques pistes de réflexion :

- Nous le savons, un jour nous devrons mourir. Aujourd'hui, demain peut-être. Enfin, à 20, 30 ans, on se dit qu'on a le temps de voir le coup venir... Erreur. Voilà qui nous remet les idées en place : tout un pays bouleversé en quelques secondes. Combien sont déjà morts ? et combien vont peut-être encore mourir ? Notre Seigneur nous a prévenu : "Je viendrai comme un voleur" .  Que devons nous faire ? Faut-il donc tout laisser, ne pas accomplir son devoir d'état (peut-être que demain je serais mort, après tout) ? Non, il faut tout de même faire son devoir d'état. Notre Seigneur nous demande d'être prêts, de "veiller" : "Je vous le dis, heureux le serviteur que son maître trouvera veillant à son retour", "il l'établira sur tous ses biens".

vie-gaume-copie-1.jpg- Sans doute, parmi les japonnais, il en est qui, bien qu'ils ne soient pas morts, ont perdu beaucoup d'argent, de biens matériels, etc. A quoi cela leur a-t-il servi ? Et nous, ceci ou cela, à quoi nous sert-il ? Il s'agit donc de vivre sur la terre comme un pèlerin dont le but est le Ciel, comme un voyageur, un homme de passage. "La vie n'est pas la vie" avait coutume de dire Mgr Gaume. Le second point à méditer est donc le détachement des biens de ce monde. "Cherchez donc avant tout le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par surcroît.".  "Faites-vous des amis avec les richesses d'iniquité, afin que, lorsque vous mourrez, ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels."

-Nous devons prier pour tous ceux qui sont morts ou qui sont à l'agonie. "Priez beaucoup et faites des sacrifices  pour les pécheurs. Rappelez-vous que beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'il n'y a personne qui prie et fasse des sacrifices pour elles." (Notre Dame de Fatima).

Source : Le Blog des Amis de Saint Joseph