Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sens de l'expression "ex cathedra"

Publié le par Clément LECUYER

 Il n'est pas rare d'entendre çà et là des catholiques "traditionalistes" prétendre que l'infaillibilité du Pape se limite aux définitions appartenant au magistère solennel ; c'est ainsi que le Pape bénéficierait de son charisme d'infaillibilité que deux ou trois fois par siècles ! Croyant se fonder sur la constitution dogmatique Pastor Aeternus dans laquelle est définie l'infaillibilité du Pape lorqu'il parle ex cathedra, nombreux sont ceux qui soutiennent que le terme ex cathedra indique le Magistère solennel, en exagérant les quatre conditions explicitées dans Pastor Aeternus, tout en niant toute infaillibilité au Magistère ordinaire. Ces interprétations erronnées viennent s'opposer au dogme de l'infaillibilité pontificale publié par le Concile Vatican I.

 La Constitution Pastor Aeternus n'identifie nullement jugements solennels du Pape et définitions ex cathedra. Les jugements solennels du Pape sont bien évidemment des définitions ex cathedra, mais il n'est nulle part signifié que les définitions ex cathedra se limitent aux seuls jugements solennels.

  Comme il ressort clairement des explications des Pères du Concile Vatican I, l'expression ex cathedra s’oppose au terme “docteur privé”, et indique le Pape quand, comme personne publique, il définit quelque chose qui fait partie de l’objet primaire ou secondaire du Magistère. Ce terme ex cathedra indique donc seulement l’infaillibilité du Pape tant dans le Magistère ordinaire que solennel.

 Voici ci-dessous un commentaire du R.P Noël BARBARA, extrait de son Catéchisme de persévérance sur l'Eglise :

"Ex cathedra", c'est l'expression que les Pères du 1er Concile du Vatican ont choisie pour dire à l'Eglise dans quelles conditions le Pontife Romain est infaillible. Comme ils ont pris soin d'en préciser le sens, qui se veut catholique doit s'en tenir à leurs explications. Les voici :

Le Pontife Romain est infaillible lorsqu'il parle ex cathedra, c'est-à-dire "lorsque, remplissant la charge de Pasteur et de Docteur de tous les chrétiens, en vertu de sa suprême autorité apostolique, il définit qu'une doctrine touchant la foi et les moeurs doit être tenue par l'Eglise universelle, [il] jouit pleinement, par l'assistance divine qui lui a été promise en la personne du Bienheureux Pierre, de cette infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu que son Eglise fût pourvue en définissant la doctrine touchant la foi et les moeurs; et par conséquent, ces définitions du Pontife Romain, par elles-mêmes et non en vertu du consentement de l'Eglise, sont irréformables." (Pastor AEternus

 Pour bien comprendre cette expression, dans le même sens où l'entendaient les Pères du premier concile du Vatican, il faut distinguer trois choses dans tout Pape : l'homme qui est Pape, le docteur privé et le docteur universel.

1/ L'homme qui est Pape. Il peut être italien, français, polonais ou toute autre nationalité.

2/ Le docteur privé. Comme tel, le Pape peut avoir exprimer des idées personnelles sur toutes les questions libres

3/ Le docteur universel. C'est Pape dans l'exercice de sa fonction propre ; c'est le Pape parlant "ex cathedra", de la chaire de Pierre, en tant que Pape.

 L'expression "ex cathedra" est l'équivalent de l'expression "ex officio". Elle n'exclut que le Docteur privé.

  C'est ainsi qu'il faut entendre cette expression dans le texte de Pastor Aeternus. En conclusion, chaque fois que le Pape est dans son office de Pape et qu'il enseigne, il est infaillible. Et il est infaillible, quelle que soit la forme de son enseignement, que ceui-ci soit donné dans la forme solennelle ou qu'il soit donné dans la forme ordinaire de tous les jours."

Rappel de la doctrine de l'Eglise catholique sur les indulgences

Publié le par Clément LECUYER

Q. Qu'est-ce que les indulgences ?

 Les indulgences, c'est la rémission de la peine temporelle due à nos péchés, que l'Eglise nous accorde hors du Sacrement de Pénitence, par l'application des mérites de Jésus-Christ et des Saints.

Q. Qui a donné à l'Eglise le pouvoir d'accorder des indulgences ?

C'est notre Seigneur Jésus-Christ qui a donné à l'Eglise le pouvoir d'accorder des indulgences, lorsqu'Il a dit à ses Apôtres :


"Tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le Ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le Ciel."

Ces paroles donnent à l'Eglise le pouvoir de remettre les péchés, à plus forte raison la peine temporelle due au péché.

Q. L'Eglise a-t-elle toujours fait usage de ce pouvoir?

L'Eglise a toujours fait usage de ce pouvoir; saint Paul usa d'indulgence à l'égard d'un Chrétien coupable, en considération des fidèles de Corinthe: dans le temps des persécutions, l'Eglise abrégeait souvent la pénitence des pécheurs, à la demande des confesseurs et des martyrs; Dieu lui-même nous a pardonnés à cause des mérites de notre Seigneur, en sorte que le Christianisme tout entier n'est qu'une grande indulgence.

Q. Pourquoi ce pouvoir a-t-il été accordé à l'Eglise?

Ce pouvoir a été accordé à l'Eglise pour aider notre faiblesse et resserrer les liens de la charité; mais les indulgences ne remettent pas les péchés, elles les supposent remis.

Q. Quelle est la source des indulgences?

  La source des indulgences sont les mérites surabondants de notre Seigneur, de la sainte Vierge et des Saints.

Q. Combien y a-t-il de sortes d'indulgences?

  ll y a deux sortes d'indulgences: l'indulgence plénière et l'indulgence partielle.

Q. Qu'est-ce que l'indulgence plénière?

  L'indulgence plénière est la rémission complète de toutes les peines temporelles dues aux péchés en ce monle et en l'autre, si bien que celui qui meurt après l'avoir gagnée va droit au Ciel sans passer par le Purgatoire.

Q. Qu'est-ce que l'indulgence partielle?

L'indulgence partielle est la rémission d'une partie des peines canoniquesimposées autrefois par l'Eglise, et par conséquent d'une partie des peines du Purgatoire.

Q. Que faut-il faire pour gagner les indulgences?

Pour gagner les indulgences, il faut: 1° faire les prières ou les œures prescrites par celui qui les accorde; 2° être en élat de grâce, au moins pour faire la dernière rouvre prescrite; 3° pour gagner l'indulgence plénière dans son entier, il faut n'avoir aucun péché ni mortel ni véniel, ni aucune affection au péché véniel.

Q. Qu'entend-on par indulgence de sept ans, de sept quarantaines?

  On entend par indulgence de sept ans, de sept quarantaines, la rémission de sept ans, de sept carêmes de pénitence que l'Eglise imposait autrefois aux pénitents publics.

Q. Est-il bien nécessaire de gagner des indulgences?

  Il est bien nécessaire de gagner des indulgences, si nous voulons nous préserver des maux d'ici-bas, tels que les maladies, les fléaux, et des peines du Purgatoire, qui surpassent tout ce que nous pouvons endurer sur la terre.

Source : Abrégé du catéchisme de persévérance de Mgr Gaume ( édition de 1852)

Publié dans Spiritualité