Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

11 février : Notre Dame de Lourdes

Publié le par Clément LECUYER

 Proclamée Immaculée dans sa Conception, le 8 décembre 1854, Marie ne devait pas tarder à montrer combien Elle agréait ce nouvel hommage de la sainte Église. Quatre ans plus tard, en 1858, elle daigna se montrer, à 18 reprises, à une petite fille de Lourdes.
  L'enfant, ignorante et candide, s'appelait Bernadette. La Vierge paraissait dans une grotte sauvage. Son visage était gracieux et vermeil; Elle était enveloppée dans les plis d'un long voile blanc; une ceinture bleue flottait autour d'Elle; sur chacun de Ses pieds brillait une rose épanouie. L'enfant regarda longtemps, étonnée et ravie; elle prit son chapelet et le récita pieusement. L'apparition lui ordonna de revenir.
  La dix-huitième fois, Bernadette supplia la vision de se faire connaître. Alors, l'Être mystérieux, joignant les mains devant Sa poitrine, et revêtant une majesté toute divine, disparut en disant :


"JE SUIS L'IMMACULÉE CONCEPTION !"

  C'était la Sainte Vierge, patronne de l'Église et de la France, qui venait appeler son peuple à la prière et à la pénitence.

 Quatre ans plus tard, le 18 janvier 1862, l'évêque rend son avis, favorable :

"Nous jugeons que l'Immaculée Marie, Mère de Dieu, a réellement apparu à Bernadette Soubirous, le 11 février 1858 et les jours suivants, au nombre de dix-huit fois, dans la grotte de Massabielle, près de la ville de Lourdes ; que cette apparition revêt tous les caractères de la vérité, et que les fidèles sont fondés à la croire certaine. Nous soumettons humblement notre jugement au Jugement du Souverain Pontife, qui est chargé de gouverner l'Église universelle."

  A partir de cette époque, la ville de Lourdes devenait immortelle. L'Apparition triompha de toutes les impiétés et de toutes les persécutions.

 De nombreux et éclatants miracles ont récompensé et récompensent toujours la foi des pieux pèlerins en l'Immaculée Conception.
 

http://s1.e-monsite.com/2008/08/06/14146524sainte-bernadette-soubirous-jpg.jpg
Corps incorrompu de Sainte Bernadette.

"Tous les pieux fidèles connaissent aujourd'hui les circonstances de ces célèbres apparitions qui se succédèrent à Lourdes, en 1858, en faveur d'une pauvre enfant, nommée Bernadette Soubirous. La Sainte Vierge apparaissait dans une grotte qui domine le cours du Gave de Pau ; elle se manifesta dix-huit fois, du 11 février au 16 juillet. Elle tenait le Rosaire à la main et invitait l'enfant à la prière fervente et respectueuse. Elle daignait lui parler et ses instructions étaient pleines du sens le plus profond. Un jour elle lui disait : "Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde, mais dans l'autre." Un autre jour, elle recommandait la prière pour les pécheurs : "Vous prierez pour les pécheurs ; vous baiserez la terre pour les pécheurs." Et pour marquer que la conversion des coupables ne s'obtiendrait pas sans de dures expiations, elle répétait trois fois, avec une tristesse pleine de majesté : "Pénitence, Pénitence, Pénitence." Bientôt elle faisait jaillir de la grotte une source miraculeuse qui devait être l'instrument et le symbole de grâces innombrables, et elle disait à l'Enfant : "Allez boire à la fontaine et vous y laver." Pour déclarer nettement qu'elle entendait exercer dans ce lieu une mission permanente et y répandre ses grâces sur un grand nombre d'âmes, elle ajoutait : "Allez dire aux prêtres de faire bâtir ici une chapelle et qu'on y vienne en procession." Enfin, arrivée au terme de ces manifestations mystérieuses, elle déclara son nom en disant : "Je suis l'Immaculée Conception." C'était la réponse de Marie à la définition promulguée par Pie IX le 8 décembre 1854. - L'évêque de Tharbes, en 1862, rendit un jugement canonique pour attester la vérité de ces apparitions. Le Saint-Siège a confirmé la sentence épiscopale par les privilèges nombreux qu'il a accordés au Sanctuaire de Lourdes et par par la concession de la fête que nous célébrons aujourd'hui."

R.P.Hamon

 En ce jour si solennel pour l'Eglise, chantons de tout notre coeur l'hymne en l'honneur de Notre Dame de Lourdes !


O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous !


 Pour en connaître plus sur les apparitions de Lourdes, lire hodiemecum

Publié dans Spiritualité

L’hérésie de la "Franken-Eglise" de Ratzinger

Publié le par Clément LECUYER

 Nous publions ici la traduction française d'un des sermons de M. l'abbé Anthony CEKADA daté du 5 février 2006. Les propos de ce prêtre américain, professeur de théologie morale et sacramentelle, de Droit canon et de Liturgie restent grandement d'actualité. 

 Ce sermon peut être téléchargé et lu en français et anglais en format PDF en cliquant ICI


benoitXVI.jpg
 

Sermon du 5ème dimanche après l’Epiphanie
- 05 février 2006 -

  La presse traditionaliste, a répandu, aux Etats Unis ainsi que sur le web, des rumeurs concernant le fait que la Fraternité St Pie X aurait conclu une sorte de marché avec la Rome moderniste. Ainsi des bruits ont couru que Benoît XVI offrirait à la Société sacerdotale la messe en latin ainsi qu’une sorte de reconnaissance officielle, et qu’en retour, la Fraternité St Pie X accepterait Vatican II “à la lumière de la Tradition”, pour reprendre la formule par laquelle l’Archevêque Mgr Lefebvre s’en est sorti il y a plusieurs années.

 Récemment, la Fraternité St Pie X a aussi publié dans son bulletin des Etats-Unis, un article reconnaissant la validité du nouveau rite de consécration épiscopale que Paul VI promulgua en 1968. Les rumeurs m’ont poussé à faire, pendant un certain temps, des recherches historiques ; cela m’a permis de réunir des éléments solides, et j’avais l’intention d’écrire très prochainement un article à ce sujet; mais, entre-temps la Fraternité St Pie X a publié ce document, où elle reconnaît la validité du nouveau rite de consécration épiscopale. S’ils veulent réellement établir une sorte de compromis avec le Vatican, il était naturel qu’ils le fassent puisque Benoît XVI lui-même a été sacré sous ce nouveau rite. Ainsi les traditionalistes, de divers endroits, sont en train de s’agiter devant cette affaire. Cependant, nous devons, en tant que catholiques, nous rappeler que garder la messe en latin, la messe tridentine, n’est pas notre but ultime : en effet, vous pouvez aller au Ciel sans la messe traditionnelle en latin, mais vous ne pouvez aller au Ciel sans avoir la Foi catholique intégrale. Et c’est cette Foi qu’ont détruit Vatican II et la présumée hiérarchie de Vatican II dont faisait partie Benoît XVI.
 Benoît XVI donnera aux gens la messe en latin. Il n’y a aucun doute à ce sujet. Tôt ou tard il le fera, et il donnera à ceux qui le veulent la messe tridentine en latin, une chapelle latérale séparée, une petite niche dans sa religion mondialiste.  Mais ce qu’il ne vous donnera pas, c’est la Foi catholique intégrale. Nous devons être réalistes à ce sujet. Joseph Ratzinger fut un des architectes des changements de Vatican II. En particulier, il est responsable des enseignements nouveaux et faux sur la nature de l’Eglise catholique.

 Cette semaine, j’ai lu à ce sujet un article d’Avery Dulles, qui est un cardinal et théologien novus ordo. Il raconte comment Ratzinger, fut, le tout premier, responsable d’avoir créé cette nouvelle notion de l’Eglise définie comme étant « peuple de Dieu ». Et ceci était la base, comme nous le savons, de toutes les fausses hérésies œcuméniques qui allaient suivre. Il est très important que nous ayons les idées claires sur ces questions : nous ne sommes pas impliqués dans une bataille -uniquement- pour la messe, mais nous sommes impliqués dans une bataille pour la Foi catholique.

 Les traditionalistes sont habituellement d’accord sur deux points généraux. Tout d’abord, que la nouvelle messe est mauvaise, et qu’elle est nuisible à la Foi catholique ; et deuxièmement, que les enseignements de la hiérarchie de Vatican II et de l’après-Vatican II sur l’œcuménisme, la liberté religieuse, la collégialité et l’Eglise, contredisent les enseignements d’avant Vatican II.

 Là où les traditionalistes diffèrent, c’est sur comment concilier le rejet de ce que nous savons être des maux et de ce que nous savons être des erreurs contre la Foi catholique, avec la notion de l’autorité papale et de l’indéfectibilité de l’Eglise catholique.
 D’un côté, vous avez la Fraternité St Pie X et beaucoup d’autres qui disent : « Eh bien, vous pouvez résister à un pape et en même temps résister à ses lois mauvaises et à ses mauvais enseignements ».
 Et, de l’autre côté de la question, il y a notre point de vue. Nous affirmons que leurs mauvaises lois et leurs erreurs doctrinales indiquent que les présumés papes de Vatican II ont perdu leur autorité à un certain moment en devenant hérétiques et par conséquent qu’ils ne sont pas du tout de vrais papes. Voilà le point crucial qui divise. Des groupes comme la Fraternité St Pie X qui promeuvent cette notion de résistance ne trouvent pas de soutien dans l’enseignement de l’Eglise pour leur ligne de conduite.

 Tout d’abord, la véritable autorité de l’Eglise ne peut pas promulguer un mauvais rite de la messe : le Saint-Esprit et la promesse du Christ empêchent l’Eglise de faire cela, et l’Eglise est incapable d’enseigner universellement des erreurs doctrinales. Par son infaillibilité, l’Eglise en est préservée, et les théologiens de l’Eglise catholique ne soutiennent ni n’ont jamais soutenu l’idée qu’on puisse résister et ne pas se soumettre à un vrai pape, à ses lois, et à ses doctrines. Quand nous alignons ce que nous savons être des maux de la religion de Vatican II et des erreurs qu’elle enseigne contre la Foi catholique, nous sommes conduits à une seule conclusion : ces faits que nous connaissons, excluent la possibilité que ces hommes-là qui nous les ont donnés continuent de posséder une quelconque autorité émanant de Jésus-Christ.

 La théologie catholique et le droit canon nous disent que l’appartenance à l’Eglise s’articule autour de deux choses : le baptême et la profession de Foi que vous faites lorsque vous atteignez l’âge de raison. Si, à partir d’un moment, vous cessez de professer la Foi catholique, si vous cessez de professer même un seul article de la Foi catholique, vous vous mettez vous-même en dehors de l’Eglise catholique. Si vous occupez un poste d’autorité au sein de l’Eglise catholique, les théologiens et la loi d’Eglise enseignent que vous perdez votre office, votre autorité ainsi que votre droit de commander; quelqu’un qui a cessé d’être membre de l’Eglise ne peut en effet continuer d’exercer l’autorité au nom de Jésus-Christ.
 De plus, les théologiens catholiques, et même des Papes - tels qu’Innocent III et Paul IV -, ont enseigné que ceci pouvait arriver même à un [présupposé] pape qui cesse de croire en un article de la Foi catholique et qui le proclamerait publiquement : alors il devient hérétique.
 
 Un hérétique est - dit l’Eglise - quelqu’un qui après avoir reçu le baptême, nie ou doute avec pertinancia, c’est-à-dire obstinément, de n’importe quelle vérité parmi celles qui sont à croire de par la Foi divine et catholique. Or, une  « vérité qui est à croire de par la Foi divine et catholique » est une vérité que l’Eglise a authentiquement proposée comme telle, et ces vérités nous les trouvons dans le Credo, par exemple, ou à d’autres endroits. On peut aussi nier cette doctrine, et devenir hérétique, ou bien en nier l’équivalent, et ceci soit explicitement, soit par des termes équivalents.
 Vous pouvez dire: “Je nie cet article du Credo”; vous pouvez autrement le contredire directement - ceci est une contradiction -,  vous pouvez aussi faire ce qui est appelé une contre-proposition : vous pouvez affirmer quelque chose qui exclut ce qui est vrai, et les modernistes sont très, très habiles en cela. Vous devez être ainsi réfractaire ou obstiné, et la théologie catholique nous dit alors ceci : du moment que l'on connaît suffisamment l’existence de la règle de la Foi dans l’Eglise et que l'on refuse de se soumettre à cette règle sur un point quelconque, pour n’importe quel motif, l’hérésie formelle est consumée.

 De quelles hérésies de la nouvelle Eglise sommes-nous en train de parler ?
 Il y a une hérésie en particulier, concernant la nature de l’Eglise, que j’appelle « la Franken-église ».
 Dès à présent, vous pensez au monstre Frankenstein et à ce que vous avez vu dans le film du monstre Frankenstein. Il y avait plusieurs parties différentes qui étaient rassemblées pour créer ce nouvel être. Il n’y avait donc, au final, pas un être humain intégral, mais un amalgame de divers composants qui entouraient la base initiale. Or, ce que j'appelle l’hérésie de la Franken-église professe les notions de « peuple de Dieu » ou d' « Eglise du Christ » ce qui n’est pas identique à l’Eglise catholique romaine. Elle est en quelque sorte plus large que l’Eglise catholique romaine. Il y a des éléments et des parties de la vraie Eglise qui sont possédées soit pleinement, par des catholiques, tandis que d'autres sont la possession au moins partiellement des hérétiques et des schismatiques.

  Or, avant Vatican II, il y avait plusieurs théologiens qui avaient, de fait, proposé cette idée de l’Eglise. Ils avaient alors été interdits et réduits au silence par Pie XII ; mais survint Vatican II, et nous pourrions dire que ceci fut comme le coup de foudre qui déclencha le réveil du monstre, qui éleva la Franken-Eglise. Et le génie, le docteur fou qui unifia la théologie de la Franken-Eglise ne fut autre que Joseph Ratzinger, maintenant Benoît XVI.
 Il donna origine à cette idée, la promut à Vatican II lorsqu'il n'était encore qu'un jeune théologien, et, dans les années 80, sous Jean Paul II, alors qu’il était nommé à une charge au Vatican, il rédigea de nombreux documents sur cette notion de « peuple de Dieu » et sur la notion de l’Eglise vue comme étant une communion où vous pouvez avoir de diverses parties, de petites parties hétérogènes qui sont ajoutées de l’extérieur –donnant un résultat final monstrueux-.
  Ainsi, typiquement, les idées qu’il a apportées sont toutes semblables à celle-ci : les corps schismatiques sont des églises particulières, unies à l’Eglise catholique par des liens étroits, où vous avez des sutures pour le monstre. Vous me suivez ?
 Ou bien, que l’Eglise du Christ est présente et opérante dans des églises qui rejettent la papauté : ceci est contre la doctrine catholique définie. Ou encore qu’il y existe de nombreuses sphères d’appartenance à l’Eglise comme  « peuple de Dieu », quel qu’il soit.       Ou, que des éléments de cette Eglise déjà mentionnée existent, trouvés dans leur plénitude  dans l’Eglise catholique, mais sans cette plénitude aussi dans d’autres communautés.
 Ou bien, à la place de commencer l’Eglise catholique par la notion d’Eglise catholique, dans le nouveau catéchisme, le chapitre sur l’Eglise commence par la notion de « peuple de Dieu » : vous devenez une partie du « peuple de Dieu » par le baptême et tout le « peuple de Dieu », dit Ratzinger, participe aux offices du Christ, comme prêtre, prophète et roi. Ainsi, quiconque reçoit le baptême, _luthériens, méthodistes, orthodoxes schismatiques, et ainsi de suite, participe à cet ensemble de « peuple de Dieu ». Ou encore, il enseigne que le corps du Christ, l’Eglise, est blessé. Ou, que l’Esprit du Christ, emploie des corps schismatiques et hérétiques comme moyens de salut. On pourrait continuer longtemps avec ces erreurs.
 Ainsi nous avons dit que ceci est une hérésie, que c'est contraire à la Foi divine et catholique. Mais quel article de foi nie-t-elle?
 Le même que nous professerons dans quelques instants, dans le Credo : “Credo in unam ecclesiam”,  je crois en une seule Eglise.
  L’Eglise, Pape après Pape et théologien après théologien, a dit que cet article du Credo, cette unicité de l’Eglise, signifiait que dans sa profession de Foi, dans son gouvernement et dans son culte, l’Eglise est indivisible en elle-même et séparée de toute autre. Léon XIII a certifié que la pratique de l’Eglise a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui ont voulu considérer comme en dehors de la communion catholique et comme étranger à  l’Eglise quiconque n'aurait accepté, qu'à moindre degré, un point quelconque de doctrine proposé par le magistère qui fait autorité. Tel est l’enseignement de l’Eglise catholique. Et, au contraire, la Franken-Eglise renverse complètement cette notion et nous donne un monstre, une espèce d’être qui est divisé dans sa foi, dans son gouvernement et dans son culte ; et c’est par degrés de communion pleine ou partielle que tout est cousu ensemble, comme Ratzinger l’a inventé, opposé en cela au pape, à toute la lignée de Papes tels que Pie IX, Léon XIII, Pie XI, Pie XII : lisez ce que ces papes ont dit, lisez ce que les papes ont toujours dit à ce sujet, et vous verrez cette hérésie condamnée.

 http://www.bibliotecapleyades.net/imagenes_vaticano/vatican40_14.jpgEnsuite il y a la question, à laquelle nous n’avons pas besoin de passer trop de temps, à savoir l’obstination dans l’hérésie, la pertinancia.
 Les hommes qui professent ceci, ces modernistes, ont été auparavant des théologiens universitaires, des professeurs de séminaire, des cardinaux, des archevêques; ils savaient ce qu’était la règle de la Foi dans l’Eglise : ils ont voulu la changer, ils ont voulu la nier.
 Et ceci est spécialement le cas avec Ratzinger, docteur en théologie, il fut professeur de théologie, il fut expert à Vatican II; il était cardinal, il était chargé du département du Vatican qui s’occupe de la doctrine, et il était considéré comme un véritable surdoué.
 Pensez-vous qu’il ne sût pas que Pie IX, Léon XIII, Pie XI, Pie XII, que d’innombrables autres Papes, théologiens, que les Pères de l’Eglise et l’édifice entier de la théologie catholique, enseignaient que quelqu’un, qui rejetterait même un seul point de la doctrine de l’Eglise, s'excluait automatiquement de sa communion avec Elle, qu'il devenait étranger à Elle ? Est-ce qu’il ne le savait pas ?
 Certes, il le savait. Cela est sûr.

  Alors la conclusion, la conclusion pratique que nous en tirons est évidente : cette personne ne peut être catholique, et donc ne peut être un vrai Pape de notre Eglise.
  Saint Augustin, en ce jour, fait un commentaire sur l’Evangile « du bon grain et de la zizanie » (Matt. 13:24), du blé et de l’ivraie, nous dirions en langage plus moderne, et il dit très spécifiquement que les hérétiques  sont la zizanie, qu’ils sont l’ivraie.
 Il dit qu’il semblerait qu’ils appartiennent à une même communion, mais que par là, Notre-Seigneur veut simplement dire qu’ils sont dans le monde avec les chrétiens, et qu’en réalité ils ne se mêlent pas aux vrais croyants dans l’unité de l’Eglise et dans l’unité d’une seule Foi.
 La doctrine moderniste est condamnée par les Pères eux-mêmes. Les hérétiques ne font pas partie de l’Eglise, c’est une hérésie contre l’article du Credo « Je crois en une seule Eglise » que de dire autrement. Le promoteur en chef de cette hérésie était Ratzinger : un hérétique ne peut pas être un vrai Pape et notre combat n’est pas pour la messe, mais pour la Foi catholique.
 Nous ne cherchons pas d’approbation de la part des hérétiques, nous ne cherchons pas une niche dans l’église mondialiste hérétique, et en réponse à leurs offres, nous disons, par la voix du Concile de Trente, la phrase employée à la fin de chaque véritable concile catholique : « Anathème aux hérétiques ! Mille fois anathème ! »

  Que Dieu vous bénisse.

  Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi-soit-il.