Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mgr Williamson : "Je préfère être un schismatique qu’un apostat"

Publié le par Clément LECUYER

 Le journal La Croix vient de publier un article rapportant les dernières nouvelles de la Fraternité Saint Pie X, actuellement en discussion avec le Vatican. Nous relayons ci-dessous cette publication :

« Je préfère être un schismatique sédévacantiste qu’un apostat romain » : c’est par ces mots que l’évêque intégriste Richard Williamson, membre de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX), termine la dernière livraison de sa lettre d’information hebdomadaire Commentaire Eleison diffusée samedi 21 janvier.

Il s’agit là de la première prise de distance officielle d’un responsable de la FSSPX avec la ligne d’ouverture et de dialogue avec Rome impulsée par son supérieur général, Mgr Bernard Fellay.

Dans sa lettre d’information, Mgr Williamson retourne notamment le principal argument de ceux qui prônent un retour de la Fraternité dans le giron romain en soulignant que le fait pour la FSSPX de rester plus longtemps hors de l’Église risquerait de la mener à une mentalité schismatique et à un sédévacantisme pratique (les sédévacatistes estiment que, depuis Paul VI au moins, les papes n’ont pas été validement élus et que le Siège de Pierre est vacant).

« Fascination » pour le Vatican

À ces partisans du retour à Rome au nom du risque d’affaiblissement de l’appartenance ecclésiale, l’évêque britannique rétorque qu’il y a « un plus grand risque encore que d’acquérir une mentalité schismatique qui est celui de contracter la maladie mentale et spirituelle des Romains d’aujourd’hui en s’approchant trop près d’eux ».

Plus loin, l’évêque, qui dès le début constatait que les discussions doctrinales menées entre 2009 et 2011 entre la FSSPX et Rome avaient souligné « un désaccord doctrinal radical », dénonce « la fascination » exercée par les palais romains sur ceux qui les fréquentent. « La fascination de ces lieux sacrés ne vient pas tant du charme des officiels que du sens que ces salles dégagent de 2000 ans d’histoire de l’Église, souligne-t-il. Est-ce la fascination du ciel ? De l’enfer ? En tout cas, la simple atmosphère du Vatican séduit les visiteurs et apprivoise leurs volontés. »

Pas invité à Albano

Mgr Williamson est bien connu pour ses déclarations fracassantes : le 21 janvier 2009, alors que le pape allait lever l’excommunication qui le frappait depuis son ordination illicite en 1988 par Mgr Lefebvre, il avait ainsi tenu des propos négationnistes à la télévision suédoise. Mgr Fellay l’avait alors démis de ses fonctions de supérieur du séminaire argentin de la FSSPX et envoyé à Londres où il lui était interdit de s’exprimer officiellement.

Depuis lors, Mgr Williamson n’a pas cessé de diffuser sa lettre Commentaire Eleison , contrairement aux instructions de Mgr Fellay qui, devant ce refus, ne l’avait pas invité à la rencontre, début octobre à Albano, près de Rome, où les responsables de la FSSPX ont discuté du Préambule doctrinal présenté le 14 septembre par Rome.

Dans une lettre, Mgr Fellay avait également menacé Mgr Williamson, s’il persistait à refuser de garder le silence, du « démarrage de la procédure canonique menant à (son) exclusion de la FSSPX ».

1. L'aberrante préférence de Mgr Williamson

  A. Mgr Williamson préfère être en soit un schismatique qu'un apostat. Ceci est tout simplement aberrant ! De notre côté, nous n'avons pas à émettre de tels hypothétiques souhaits. Nous voulons être et rester pour toute éternité de fervents et fidèles catholiques aus service de l'Eglise ; ceci passe par une adhésion solide à la foi intégrale et à la soumission au magistère de l'Eglise. Ainsi donc, nous devons porter les conclusions nécessaires découlant des vérités de foi auxquelles nous croyons, à savoir la vacance du SIège de Pierre (Sede Vacante) depuis Vatican II.

  B. Que Mgr Williamson préfère être schismatique qu'un apostat ne changera pas grand chose à ce qui résulterait de cet état de fait: l'apostasie et le schisme conduisent tous deux à l'exclusion de l'Eglise. Il est ridicule, particulièrement pour un évêque, d'en arriver à émettre des préférences de ce genre.

 Cependant, en lisant le texte original de Mgr Williamson, on remarque que contrairement à ce qu'écrit La Croix, cette fameuse citation empreintée à la déclaration de l'évêque n'est pas la dernière phrase mais l'avant-dernière : 

"Dear friend of mine, I would rather be a schismatic sedevacantist than a Roman apostate. With the grace of God, neither! Avec la grâce de Dieu, ni l'un ni l'autre !"

Malgré cette erreur de La Croix, il demeure qu'il est ridicule d'émettre des préférences en cette matière.

2. L'accusation de Mgr Williamson contre la position "sédévacantiste"

 Que la Fraternité Saint Pie X nous accuse de schisme n'est pas nouveau. Qu'est-ce qu'un schismatique ?

Pie VII, Pape : « Saint Thomas enseigne que ceux-là sont appelés schismatiques, qui refusent de se soumettre au souverain Pontife, et de communiquer avec les membres de l’Eglise qui lui sont soumis » (Bref du 16 septembre 1818 à Mgr Poynter).

 Qui refuse de se soumettre au prétendu pape ? N'est-ce pas la FSSPX, dont Mgr Williamson qui, tout en reconnaissant, à tort, Benoît XVI comme Pape, lui désobéit et refuse de suivre ses ordres ? N'est-ce pas cette même Fraternité qui rejette le concile Vatican II et les réformes promulguées par Paul VI ? N'est-ce pas cette FSSPX qui juge constamment les déclarations et actes de ceux qu'elle reconnaît Papes ? C'est bien ladite Fraternité qui a un esprit schismatique ! Si elle reconnaît Benoît XVI comme Pape, elle doit lui être soumise en matière de doctrine et de discipline. En revanche, si elle refuse de suivre les enseignements hérétiques de Vatican II, si elle rejette les réformes néoprotestantes promulguées par Paul VI et condamne les déclarations et actes scandaleux des modernistes, elle doit en conclure que les postes d'autorité de l'Eglise catholique sont occupés par des ennemis de Jésus-Christ qui ont fondé une nouvelle religion. Elle doit donc déclarer que Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul I, Jean-Paul II et Benoît XVI ne sont pas de vrais Papes mais des imposteurs.


"Si l’on défend la Tradition, on la défend intégralement ; si on ne la défend pas intégralement, on finit par rejoindre ceux qui sont intégralement contre. Défendre la tradition, c’est dénoncer, condamner, combattre cette pseudo-église conciliaire, maçonnique, satanique, universelle d’une part, et c’est d’autre part, se garder de toute relation avec elle et avec ses ressortissants, exception faite pour les simples fidèles, bernés et innocents." (R.P Avril, Novembre 2011)

 En quoi serions-nous schismatiques ? Fidèles aux engagements de notre baptême et à l'enseignement de l'Eglise catholique, nous voulons garder et défendre la foi catholique intégrale et par conséquent nous refusons le modernisme et rejetons cette nouvelle religion mondiale qui a vu le jour au concile Vatican II. Qui plus est, la position catholique dite du "sédévacantisme" est basée sur deux raisonnements qui ne peuvent pas être remis en question car fondés sur deux dogmes :

 1. L'infaillibilité pontificale

- Majeure :  Depuis Vatican II, ceux qui nous sont présentés comme Papes enseignent publiquement l'hérésie et contredisent les fondements de la religion catholique.
- Mineure : Or, un Pape ne peut pas dévier de la foi. Ceci un dogme de foi enseigné par Notre Seigneur et bien évidemment par les Papes et l'ensemble des docteurs de l'Eglise.

- Conclusion : Par conséquent, Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI ne peuvent pas êtres des Papes de l'Eglise catholique.

> Plus de précisions ICI   

2.  La soumission des fidèles catholiques au Pape

- Majeure : La foi nous commande de rejeter l'enseignement, les réformes et les hérésies des "papes" conciliaires.
- Mineure : Or, il est nécessaire et obligatoire de la part d'un fidèle catholique d'obéir et d'être soumis au Pape quand ce dernier est dans son domaine. Ceci est de foi divine et catholique.
- Conclusion : il est donc absolument certain que les "papes" de Vatican II sont démunis de l'Autorité Pontificale qu'ils devraient posséder.

> Plus de précisions ICI

3. L'absurdité de Mgr Williamson

 L'évêque revient à affirmer dans sa publication que Rome se trouve dans l'apostasie. Rappelons ce qu'est l'apostasie :

"L'apostasie est le reniement de la foi et des principes de la foi catholique, des valeurs bibliques et évangéliques, des dogmes et des traditions et articles de foi reconnus par l'Église et les conciles, les enseignements des Pères de l'Église et les enseignements ordinaires du magistère." (Bulle pontificale Gratia Divina - 1656)

 Puisque pour Mgr Williamson, Benoît XVI est le Vicaire du Christ, cela signifie que le Pape peut être un apostat, donc un non catholique. Or, c'est un principe de foi catholique qu'un apostat, tout comme un hérétique, ne peut, en aucune façon être Pape, la raison en est qu'il ne peut pas être la tête visible de l'Eglise s'il n'en est pas membre (Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, L. II ch. 30)Si Rome est dans l'apostasie, il est évident que l'abbé Ratzinger n'est pas Pape et que les chefs de la nouvelle religion conciliaire ne sont pas de l'Eglise catholique.

 Tout comme son supérieur Mgr Fellay, Mgr Williamson contredit plusieurs fondements de la religion catholique. Hélas, ces évêques sont loin d'être les vaillants défenseurs de la foi intégrale que l'Eglise une, sainte, catholique et apostolique a bien besoin d'avoir ! Plutôt que de proclamer haut et fort la vérité, ils préfèrent persister dans leurs tranquilles erreurs pernicieuses...


Cardinal Pie : "Je suis évêque, donc je parlerai, j'élèverai la voix, je tiendrai haut et ferme l'étendard de la vérité, l'étendard de la vraie liberté, qui n'est autre que l'étendard de la foi, l'étendard de mon Dieu. Les pusillanimes pourront s’en étonner, les esprits d'une certaine trempe pourront même s'en scandaliser." (Discours d'intronisation - 8 décembre 1849)

 Prions !

La FSSPX ne rejette pas le Préambule Doctrinal !

Publié le par Clément LECUYER

F  Mgr Fellay aurait envoyé une seconde réponse à Rome, la première ayant été considérée comme étant trop générale et consistant surtout en une documentation. Cette nouvelle réponse, plus appropriée, a été considérée par Rome comme "un pas en avant". Le sujet sera évoqué lors de l’assemblée plénière de la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui aura lieu du 24 au 27 janvier 2012. Cette réponse n'est ni un oui ni un non définitif au préambule doctrinal, mais en accepte certaines parties et émet des réserves sur d'autres, en demandant des éclaircissements et des ajouts.

  Source : Michel Janva

17 janvier 1871 : Notre Dame apparaît à Pontmain

Publié le par Clément LECUYER

  Il y a 141 ans, l'Immaculée Conception apparaissait à Pontmain. En effet, c'est au soir du 17 janvier 1871 que Notre Dame est apparue à des enfants.

http://lusile17.l.u.pic.centerblog.net/iq8ufwhv.jpg

Un temps de guerre et de misère

C’est en plein hiver et en pleine guerre que la Vierge Marie a visité son peuple plongé dans l’angoisse. Paris est assiégé, les Prussiens sont aux portes de Laval. Parmi les soldats français, c’est le désordre et la panique. Sur une population de cinq cents habitants, la paroisse de Pontmain a vu partir trente-huit jeunes appelés sous les drapeaux. Aux misères de la guerre s’ajoute une épidémie de fièvre typhoïde et de variole. Tout va mal. Au milieu de ce péril national, la France se met en prière. Les habitants de Pontmain n’ont aucune nouvelle de leurs jeunes soldats. Découragés, les paroissiens de Pontmain ne manquent pas de dire : «  On a beau prier, le Bon Dieu ne nous écoute pas ». Le 15 janvier 1871, à l’église, le curé avait entonné le cantique : « Mère de l’Espérance dont le nom est si doux, protégez notre France, priez, priez pour nous. » S’étant trouvé seul à chanter, le curé se retourna et exhorta ses paroissiens. Ces derniers finirent par chanter, mais en pleurant.

L'Apparition

Eugène Barbedette qui aidait son père, sort un moment de la grange pour voir le temps qu’il fait. Il contemple le ciel et voit un nombre incalculable d’étoiles alors qu’il n’est que 5 heures. Soudain, à sept ou huit mètres au-dessus de la maison d’un voisin, il aperçoit une Dame d’une beauté ravissante. Elle était vêtue d’une robe constellée d’étoiles d’or. Elle le regarde en souriant. « Qu’c’est beau ! », dira-t-il. Un ovale bleu avec quatre bougies entoure la belle Dame. Un voile de deuil encadre son visage fin et jeune. Elle porte une couronne d’or marquée d’un liseré rouge. Elle sourit. Eugène est captivé et émerveillé par le tendre regard de cette Dame qui le regarde en silence. Les villageois accourent. Le curé averti sort aussitôt du presbytère. Tout ému, il voit la Vierge. ( Il la décrivit de la même manière que l’avaient fait les autres voyants). Une veillée de prières s’organise vite. Tout à coup une banderole se déroule dans le ciel. Lettre après lettre, un message s’inscrit pendant que la foule chante les litanies de la Vierge : 

"Mais, priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher."

  Les villageois manifestent leur joie et la ferveur grandit. Mais bientôt le visage de Marie semble empreint d’une profonde tristesse. Elle montre Jésus ; une croix rouge apparaît avec Jésus tout sanglant. De ses deux mains, la Vierge Marie présente le crucifix aux enfants ; elle ne regardait plus l’assistance, mais elle abaissait ses yeux pour les fixer pleins de douleur, sur le Christ ensanglanté, tandis qu’une petite étoile allume les quatre bougies de l’ovale. Les gens continuent de prier ; on chante Ave Maris Stella. La croix finit par disparaître et Marie reprend l’attitude du début avec un geste de l’accueil. Tout le monde s’agenouille dans la neige pour poursuivre la prière. Bientôt un grand voile blanc apparaît et recouvre la Vierge entièrement.  "Tout est fini"  disent les enfants. Les gens du village retournent chez eux apaisés. Le saint curé rentre au presbytère tout ému et tout à fait convaincu de l’authenticité de l’Apparition de la Vierge Marie.

  La nouvelle se répandit très vite dans toute la contrée comme dans toute la France. L’armistice sera signé onze jours plus tard  et les allemands ne sont pas entrés à Laval !  Les trente-huit soldats mobilisés dans la paroisse de Pontmain reviennent tous indemnes.

Reconnaissance de l’évêque de Laval 

 Des grâces de toutes sortes seront obtenues à Pontmain. Après une enquête et un procès canonique, l’évêque de Laval déclare le 2 février 1872 :  "Nous jugeons que l’Immaculée Vierge Marie, Mère de Dieu, a véritablement apparu le 17 janvier 1871, à Eugène et Joseph Barbedette, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé dans le hameau de Pontmain."

Source : www.marypages.com/PontmainFr.htm
 

Mère de l'espérance

Mère de l'Espérance,
Dont le nom est si doux,
Protégez notre France,
Priez, priez pour nous,
Protégez notre France,
Priez, priez pour nous.


Souvenez-vous Marie
Qu'un de nos souverains
Remit notre patrie
En vos augustes mains.

La France toute entière
A redit ses serments,
Vous êtes notre Mère,
Nous sommes vos enfants.

Au chemin de la gloire
Conduisez nos soldats ;
Donnez-leur la victoire
Au jour des saints combats.

Gardez la foi chrétienne
Dans l'âme de l'enfant,
Pour que Jésus devienne
Le Roi du peuple franc.

Publié dans Spiritualité

Sainte année 2012 !

Publié le par Clément LECUYER

  Chers lecteurs,

 En ce premier jour de l'année 2012, pleurons de véritables larmes de repentir ! Faibles Pécheurs, nous avons offensé à de multiples reprises notre Père céleste pendant ces 12 précédents mois. Unissons-nous à notre sainte Mère qui pleure nos péchés.

 Mais soyons aussi dans la joie et remercions notre Père très miséricordieux qui nous accorde une année, une autre année pour nous convertir profondément, pour changer notre vie, pour nous sanctifier et pour défendre la sainte et infaillible doctrine de l'Eglise catholique si attaquée aujourd'hui !

  Et remercions-Le, louons-Le grandement pour les multiples grâces déjà reçues et pour toutes celles qu'Il nous a préparées de toute éternité.

Prière :
 

Ô divin Enfant, qui avez voulu souffrir dans votre chair innocente, je vous offre ma santé, mes forces, ma vie, pour être consumées à votre service. Faites, ô bon Maître, que je passe sans péché l'année qui commence et qu'elle soit une année sainte, une année de grâces et de mérites. Je la consacre à votre sainte enfance et vous en offre les prémices. Bénissez-moi, ô bon Jésus ! et rendez mes résolutions efficaces.

Nous vous souhaitons à tous une  SAINTE NOUVELLE ANNEE et nous vous assurons de nos prières pour que cette année 2012 nous voit tous progresser grandement sur la voie de la Sanctification ! Tout pour Dieu ! 

Publié dans Annonces