Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Interview de M. l'abbé Ricossa

Publié le par Clément LECUYER

http://virgo-maria.info/wordpress/wp-content/uploads/ricossa.jpg  Le journal RIVAROL vient d'interviewer M. l'abbé Ricossa. Avec l'accord de l'hebdomadaire, nous publions cet entretien qui s'avère être riche, intéressant et éclairant pour les catholiques et les personnes de bonne volonté. Au cours de cet entretien, l'abbé Francesco Ricossa précise sa position doctrinale dans l'actuelle "crise de l'Eglise", revient sur la notion d'infaillibilité pontificale et des conséquences qui en découlent, et donne son point de vue sur une actualité religieuses particulièrement chargée avec notamment le Préambule Doctrinal proposé à la FSSPX et les réunions oecuméniques organisées par Benoît XVI.

 Abbé Francesco Ricossa: “Josef Ratzinger est un pur moderniste”

 Lire la suite ICI

ASSISE III et la FSSPX

Publié le par Clément LECUYER

 Le site Résistance-catholique nous ayons 'devancé' dans la publication des dernières actualités concernant Assise et la FSSPX, nous relayons ces deux derniers communiqués :

ASSISE : la FSSPX accréditée par la Salle de Presse du Vatican


Copie d’écran du site de propagande du District de France de la FSSPX

 Alors qu'aujourd'hui se déroule à Assise, le rassemblement de l'antichrist Benoît XVI, une réunion des Communautées Amies de la FSSPX a lieu – sur convocation de Mgr Fellay – en ce moment même à Saint Nicolas du Chardonnet à Paris, pour étudier les propositions de celui qui « appelle les représentants des fausses religions, en tant que tels, à participer à une journée de prière personnelle », selon la perle de l’abbé de Cacqueray dénoncée dans notre précédent message.

  1. Lire le message
  2. Télécharger le message en PDF PDF

Un nouvel outrage de l’abbé de Cacqueray et de la FSSPX envers Notre-Seigneur

Prétendant vouloir réparer le prochain scandale d’Assise organisé par l’antichrist Benoît XVI, l’abbé de Cacqueray, qui n’est plus à une aberration près, impose aux prêtres 1000 messes «  UNA CUM » Benoît XVI !

Peu de temps auparavant, le 12 septembre, il diffusa un article particulièrement effarant par son impiété et ses injures à l’égard de l’enseignement de l’Église.

Abbé de Cacqueray Refusant obstinément d’admettre que l’église Conciliaire ne peut absolument pas être l’Église fondée par Notre Seigneur tout comme Benoît XVI ne peut pas être le chef de l’Église catholique, l’abbé de Cacqueray ainsi que les supérieurs de la FSSPX continuent de nier perfidement le Magistère de l’Église pour pouvoir développer leurs positions impies selon lesquelles un pape peut perdre la foi, offenser le Bon Dieu, humilier l’Église et soutenir des actes blasphématoires !! Pas moins ! De facto, ils flétrissent odieusement l’autorité pontificale et s’opposent injurieusement à la promesse que Notre Seigneur a faite à Saint Pierre et à ses légitimes successeurs de ne point défaillir dans la foi.

Le 4 octobre dernier, l’abbé de Cacqueray a donc appelé les prêtres de la FSSPX à dire 1000 messes « en réparation de la convocation de la célébration de la scandaleuse réunion interreligieuse d’Assise qui aura lieu le 27 octobre prochain et pour obtenir de Dieu que cette réunion n’ait pas lieu ».

Le District de France de la FSSPX a même organisé un Chemin de Croix spécial pour l’occasion, à dire le jour du rassemblement d’Assise.

L’abbé de Cacqueray a demandé en outre que « chaque prieuré du district de France » célèbre « une messe publique de réparation », que « chaque prêtre » célèbre « également une messe de réparation » et a invité « instamment tous les catholiques à entrer dans cet esprit d’expiation, de pénitence et de réparation de ces terribles péchés publics ».

Afin de réparer les blasphèmes perpétrés par celui qu’il continue à désigner comme le « Vicaire du Christ » pour qui il demande aux prêtres et aux fidèles de prier le Bon Dieu et la Très Saint Vierge Marie de lui « redonner la foi » (sic !), l’abbé de Cacqueray exige donc, tambour battant, que soient célébrées 1000 messes « una cum » ce même Benoît XVI qu’il dit, au moment du canon de la Messe, être « notre Pape » (sic !) « fidèle à la foi catholique » !!

  1. Lire le message
  2. Télécharger le message en PDF PDF

Déclaration concernant la journée d'Assise

Publié le par Clément LECUYER

http://www.repubblica.it/2005/i/sezioni/esteri/paparatzinger/rawo/stor_1353433_04310.jpg
Nouveau panthéon de toutes les religions à Assise :
L'abbé Ratzinger continue de suivre les traces de Jean-Paul II
Où est le changement ? Wojtyla, Raztinger, même combat !

  Nous relayons et faisons nôtre la déclaration de l’Institut Mater Boni Consilii concernant les événements qui se tiendront à Assise le 27 octobre 2011 :

 http://www.sodalitium.eu/images/benvenuto_files/001_Assise1986.jpg"Le 1er janvier dernier, Benoît XVI a annoncé vouloir solenniser le 25ème anniversaire de la rencontre historique qui s’était tenue à Assise le 27 octobre 1986 par la volonté de Jean-Paul II. À cette occasion, Benoît XVI a souhaité convoquer pour le 27 octobre prochain, une “Journée de réflexion, dialogue et prière pour la paix et la justice dans le monde”, qui aura pour thème “Pèlerins de la vérité, pèlerins de la paix”, invitant à nouveau à s’unir à ce chemin “nos   frères chrétiens des diverses confessions” (les hérétiques et les schismatiques), les “représentants des traditions religieuses du monde” (les infidèles) et, “de manière idéale, tous les hommes de bonne volonté” (les athées).

 Dans le programme officiel, on affirme que tous les participants – soi-disant pèlerins de la vérité – sont à la recherche de la vérité que tous possèdent de manière diverse, et que personne ne possède pleinement puisque “inépuisable” ; les athées eux-mêmes seraient “inévitablement orientés” vers Dieu Souverain Bien et Souveraine Vérité. C’est pourquoi, eux aussi, dans un idéal et symbolique Parvis des Gentils, font partie du Temple de la religion universelle que l’on veut édifier. Dans le programme officiel de la journée est exclue la célébration de la Messe ainsi que toute prière publique : résultat paradoxal pour une réunion religieuse (mais qui ne connaît pas un seul Seigneur, une seule Foi et un seul baptême).

 Andrea Riccardi, responsable de la communauté de Sant’Egidio qui chaque année organise les rencontres interreligieuses selon l’“Esprit d’Assise”, a expliqué que ces rencontres s’inspirent de la “religion universelle” préconisée par le rabbin de Livourne Elia Benamozegh. Le Père Rosario Esposito s.s.p., en dialogue avec les Loges Maçonniques, expliqua à l’époque que la réunion d’Assise reproduisait exactement les travaux des Loges maçonniques, où dans un esprit de fraternité, des hommes de toutes les religions, tout en conservant chacun sa   propre croyance (ou non croyance), travaillent ensemble pour le bien (sic) temporel de l’humanité.

 L'affirmation selon laquelle on veut éviter le laïcisme, entendu seulement comme exclusion de toute influence religieuse dans la société, ne rassure pas ; en effet c’est du laïcisme qu’est adopté le principe de la séparation entre l’État et l’Église (l’unique vraie Église : Catholique, Apostolique et Romaine).

 L’affirmation selon laquelle on veut éviter le syncrétisme (et le fait que ne soient pas prévues des cérémonies idolâtriques dans les églises catholiques comme il advint lors de la première réunion d’Assise que l’on veut commémorer) ne rassure pas puisque l’on favorise de fait l’indifférentisme, en faisant croire que toutes les religions (et irréligions) sont bonnes, viennent de Dieu et conduisent à Lui.

 Les choses étant ainsi, aujourd’hui comme en 1986, notre Institut placé sous le patronage de Notre-Dame du Bon Conseil, et tous ses membres, satisfaisant au devoir de tout baptisé de témoigner publiquement de la foi catholique en la très Sainte Trinité, unique vrai Dieu, de confesser ouvertement N.S. Jésus-Christ (Lc 18, 8) sans rougir de Lui, et d’éviter toute nouveauté profane (I Tim. 6, 20) et tout homme hérétique (Tite 3, 1):
 

 • condamne ouvertement la réunion du 27 octobre 2011 comme injurieuse à Dieu, scandaleuse pour les âmes, conduisant objectivement à l’indifférentisme religieux et même à l’athéisme, selon l’enseignement de Sa Sainteté le Pape Pie XI dans sa lettre encyclique Mortalium animos.

déclare ne pouvoir être en communion avec tous ceux qui ont organisé ou participé aux dites réunions, de celle de 1986 à celle de cette année, puisque la renonciation pratique à la mission que le Christ confia à l’Église ne peut venir de l’assistance de Jésus-Christ, qui est tous les jours avec l'Eglise et avec Son Vicaire, et de l’Esprit de Vérité qui procède du Père et du Fils : “allez, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint- Esprit”. “Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé. Celui qui ne croira pas sera condamné” (Matth. 28, 19 ; Mc 16, 16). L’initiative du 27 octobre ne peut venir de l’Église et d’un authentique successeur de Pierre, mais vient plutôt du modernisme condamné par saint Pie X dans l’encyclique Pascendi.

invite tous les catholiques à la prière, à la pénitence, et à la réparation, pour l’injure faite à Dieu et le contre témoignage de la réunion d’Assise ; à rejeter les sectes hérétiques et schismatiques, les fausses religions qui ignorent ou nient Jésus-Christ, et l’impiété de l’athéisme ; à prier pour la conversion à la vraie Foi – qui est la Foi Catholique – de ceux qui en sont éloignés.


Que Dieu nous vienne en aide, par l’intercession de la très Sainte Vierge Marie Médiatrice de toute grâce. 

Verrua Savoia, 22 octobre 2011

Citations sur les saints Anges

Publié le par Clément LECUYER

 Le mois d'octobre est le mois du saint Rosaire mais il est aussi celui consacré aux saints Anges. La dévotion envers ces purs esprits reste peu connue. Pourtant, ce sont de véritables soutiens qui ne demandent qu'à nous écouter, à nous conseiller et à nous protéger. Les ignorer est donc une réelle négligence. Nous vous proposons donc quelques citations de saints sur les saints Anges :

"Qu'y a-t-il de meilleur, dis-moi ? Parler du voisin et de ses affaires, s'enquérir curieusement de toutes choses ? Ou s'entretenir des anges et des choses qui sont propres à nous enrichir ?" (Saint Jean Chrysostome)

"Si grande est la dignité des âmes que chacune, dès sa naissance, a un ange préposé à sa garde." (Saint Jérôme)

"Toute chose visible en ce bas monde est confiée à un ange." (Saint Augustin)

"Dans les combats que nous menons pour rester forts contre les puissances mauvaises, les anges nous assistent." (Saint Hilaire)

"Ils [Les anges] sont puissants et prêts pour l'accomplissement de la volonté de Dieu. On les trouve aussi doués d'une grande vélocité partout où l'acquiescement de Dieu le leur ordonne ; ils gardent les parties de la terre ; ils président aux peuples et aux régions, selon qu'ils ont été établis par le Créateur ; ils dirigent nos affaires et nous assistent. Suivant la volonté et la disposition divines ils sont au-dessus de nous et entourent toujours Dieu." (Saint Jean Damascène)

"Dans quelque maison, dans quelque réduit que vous soyez, respectez votre bon Ange, car il est présent; il est tout près de vous; non seulement il est avec vous, mais il est là pour vous, il cherche à vous protéger et à vous être utile.
Avec un Ange auprès de vous, que pourriez-vous craindre ? Votre Ange ne peut se laisser vaincre ni tromper; il est fidèle, il est prudent, il est puissant : pourquoi donc avoir peur ?
Si quelqu'un avait le bonheur de voir tomber le voile qui couvre ses yeux, il verrait avec quelle attention, avec quelle sollicitude les Anges se tiennent au milieu de ceux qui prient, au dedans de ceux qui méditent, sur le lit de ceux qui reposent, sur la tête de ceux qui gouvernent et qui commandent." (Saint Bernard)

"Si vous êtes dans l'impossibilité de prier, cachez-vous derrière votre bon ange, et chargez-le de prier à votre place." (Saint Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars)

Publié dans Spiritualité

Le Pape Adrien VI et l'infaillibilité pontificale : les mensonges du blog La Question

Publié le par Clément LECUYER

« Le pape Adrien VI ne favorisa jamais, ni de près ni de loin, les opinions gallicanes. Que les partisans du Gallicanisme veuillent donc retirer Adrien de la liste des Papes entachés de leurs erreurs. »
Père H. Montrouzier (jésuite, professeur de théologie, de Droit Canon et d'histoire ecclésiastique), Revue du monde catholique, 1869, Volume 27, p. 326

  Le blog La Question, vient de publier récemment un article dans lequel il tente de nouveau de prouver la possibilité d'un pape hérétique à la tête de l'Eglise. Cette fois-ci, son angle de tir concerne le Pape Adrien VI.
 

« Toutefois, la raison de la célébrité de ce pontife aujourd’hui ne vient pas de ses origines, mais d’une déclaration qu’il écrivit affirmant avec certitude « qu’un pape pouvait errer en matière de foi et tomber dans l’hérésie dans l’exercice de sa charge. »

 
Ce n'est pas la première fois que nous nous opposons aux dires de ce blog. Il y a quelques mois, nous avons déjà réfuté plusieurs de ses articles qui soutenaient qu'un Pape, en tant que tel, pouvait tomber dans l'hérési
 e ou encore qu'il y a déjà eu des Papes hérétiques. Face aux poids de nos arguments tirés de l'Evangile, du magistère de l'Eglise catholique et de l'histoire, les rédacteurs de La Question n'ont jamais su que répondre. Ils se voyaient être dans l'obligation de rejeter et condamner leurs erreurs gravissimes.


 Hélas, loin de se soumettre à la vérité et à la doctrine de l'Eglise catholique, ils ont préféré persévérer dans leurs erreurs publiques, continuer d'attaquer de plus belle la Papauté et notre position, toujours en usant d'amalgames et de contre-vérités.

 Car si on en croit les affirmations du blog La Question que l'on pourrait qualifier de gallican, il existerait un document pontifical soutenant la possibilité d'un pape hérétique à la tête de l'Eglise. Le Pape qui en serait l'auteur serait Adrien VI. Nous allons démontré qu'il n'en est rien.


 Oui, nous affirmons qu'il est faux et manipulateur de faire croire qu'il y aurait un document pontifical déclarant « qu’un pape pouvait errer en matière de foi et tomber dans l’hérésie dans l’exercice de sa charge ».

 Non seulement il n'existe pas de document pontifical du Pape Adrien VI (Adrien Florent) affirmant de tels propos, mais nous allons montré que le texte que La Question cite est très controversé.


> Sommaire de notre dossier :
 

1. Il n'existe pas de document pontifical du Pape Adrien VI affirmant de tels propos.

a/ Des propos tenus par un théologien particulier et non par un Pape
b/ Un texte très controversé publié à l'insu d'Adrien Florent
c/ Dernière tentative de La Question : l'édition de 1522

2. Les sources de La Question inexistantes

3. Rappel de la doctrine de l'Eglise catholique qui condamne La Question

4. Notre conclusion

________________________________
 

« Que dire de ces hommes qui passent leur temps à répéter des calomnies mille fois confondues ?
Est-ce leur ignorance ou leur mauvaise foi qu'il faut stigmatiser ?»

Père H. Montrouzier

 

http://iamachild.files.wordpress.com/2011/05/cristo-ferito-dalle-bombe.jpg?w=498&h=561

« Ceux-là sont la peste et la ruine de l'Eglise qui prétendent et veulent que le Pasteur suprême puisse errer dans ses jugements en matière de foi. »
Saint Alphonse de Liguori, évêque et docteur de l'Eglise


 Mais il n'est jamais trop tard pour se rallier au camp de la vérité... Il n'est jamais trop tard pour défendre notre sainte Mère, la sainte Eglise de Dieu, et la pierre infaillible sur laquelle elle est bâtie : la Papauté !


> Lire notre dossier (fichier PDF de 12 pages) :  Le Pape Adrien VI et l'infaillibilité pontificale : les mensonges du blog La Question 

25ème anniversaire de l’Institut Mater Boni Consilii

Publié le par Clément LECUYER

 Nous relayons ici l'essentiel du dernier tract de l'Institut Mater Boni Consilii :

mgr bunigni et guerard des lauriers
Mgr Benigni et Mgr Guerard des Lauriers

“Nous sommes des Catholiques Romains intégraux. Comme ce mot l’indique, le Catholique-Romain intégral (…) est ‘papiste’, clérical, antimoderniste, antilibéral, antisectaire. Donc il est intégralement anti-révolutionnaire, parce qu’il est l’adversaire non seulement de la Révolution jacobine et du radicalisme sectaire, mais aussi du libéralisme religieux et social." (Mgr Umberto Benigni)


" Le temps fait son oeuvre : bientôt 60 ans depuis l’ouverture du concile Vatican II par Jean XXIII et déjà plus de 40 ans depuis le Novus Ordo Missæ de Paul VI. Face à ces échéances inquiétantes, d’autres au contraire soutiennent notre espérance. Ainsi en est-il du 25ème anniversaire de l’Institut Mater Boni Consilii : frêle esquif dans la tempête qui secoue les entrailles de l’Église, il a su éviter les écueils et le voilà qui tient le cap, toujours fidèles durant toutes ces années aux principes doctrinaux qu’il s’était donné à la naissance (c’est un fait suffisamment rare, par les temps qui courent, pour être signalé!).

 L’un des signes les plus récents de sa vigueur est la nouvelle chapelle qui vient de s’ouvrir à Paris au printemps dernier : beau cadeau de la Providence pour ce 25ème anniversaire, nouveau port de salut pour les fidèles attachés aux sacrements ‘non una cum’ en région parisienne, témoignage aussi du courage et de la générosité de ces fidèles pour la Foi intégralement catholique. C’est à l’école de Mgr Umberto Benigni et de Mgr Guérard des Lauriers, miroirs de l’esprit et de la lettre du Magistère de notre saint mère l’Église, que nous essayons de former les fidèles qui se rassemblent autour de nous, de les former à ce catholicisme intégral dont notre Institut se revendique.

 Alors que les années avancent, que la fatigue des catholiques opposés à Vatican II augmentent, que les générations se suivent toujours moins conscientes des dangers pour la Foi, c’est finalement le poison du libéralisme qui s’insinue parmi les rangs des résistants. L’héritage ambigü laissé par Mgr Lefebvre (dont Mgr Guérard a dû se séparer dès 1978) et le programme séduisant de Benoît XVI ne font-ils pas qu’accélérer ce processus? Au milieu de cette actualité pleine de dangers, sachons comprendre les clés qui nous permettront de rester fidèles à la devise de l’Institut : “gloire à Dieu, fidélité à l’Eglise, sainteté pour soi, charité pour le prochain”. "

Mardi 1er Novembre, pour la fête de la Toussaint
Récollection d'une journée à Raveau (Nièvre)

> De 9h30 à 17h, meditations selon l’esprit des exercices spirituels de Saint-Ignace,
Grand-Messe à 11h, repas servi sur place.
Prière de vous inscrire au plus tôt, surtout pour les personnes cherchant une place en voiture à partir de Paris.

Dimanche 6 novembre 2011 à Paris
Messe le matin, conférences l’après-midi
par M. l’abbé Francesco Ricossa.

 

Sujets des conférences :

> Ces deux figures qui ont forgé l’esprit de l’Institut et qui nous tracent à tous une voie, aujourd’hui encore, pour rester fidèle à la Foi : Mgr Umberto Benigni (fondateur du Sodalitium Pianum et Mgr Guérard des Lauriers (auteur du Bref examen critique du Novus Ordo Missae).   

> Benoît XVI et la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X : l’analyse de l’Institut Mater Boni Consilii face à l’actualité dans l’Église.

Pour retrouver toutes les informations complètes, cliquez ICI

Préambule doctrinal : Troubles au sein de la Fraternité Saint Pie X

Publié le par Clément LECUYER


Mgr Fellay - en pleine négociation avec les modernistes antichrists (dixit son consécrateur Mgr Lefebvre) - doit gérer désormais un sursaut de résistance au sein de la FSSPX

 Comme nous l'avions annoncé, le Préambule doctrinal remis à Mgr Fellay ne se concentrerait absolument pas sur Vatican II, mais bien sur l'obéissance à l'Eglise et à son magistère, à travers "les trois degrés d'approbation requis par les fidèles": le contenu de la Parole de Dieu, les dogmes de l'Eglise et l'enseignement du Pape. Ce que le préambule doctrinal contient et doit être accepté par la FSSPX c'est le Catéchisme comme référence de la Foi. 

 Selon des rumeurs qui restent donc à vérifier,  lors de la réunion d'Albano, les évêques Mgr Tissier et Mgr de Galarreta se sont opposés à l'acceptation du Préambule ainsi qu'une majorité des supérieurs de la FSSPX. Face à cette situation de refus de ralliement, Mgr Fellay et son assistant l'Abbé Pflugger ont dû faire marche arrière. Cependant, la réponse n'a toujours pas été donnée et c'est Mgr Fellay qui aura le dernier mot. Il faut dire que les supérieurs de la FSSPX seraient assez consternés par le contenu de la proposition romaine pour les amener à la pleine communion.

"Réunis en conclave à Albano, les supérieurs de la FSSPX [...] ont conclu que la proposition de Benoît XVI était "pire" que celle de Jean-Paul II. Cette proposition-là est si pauvre qu'elle n'égale même pas celle faite aux anglicans de retour à Rome, répètent-ils, blessés. Les dirigeants traditionnalistes disent que si leur fondateur a refusé une main tendue plus avantageuse, comment ses successeurs vont-ils accepter celle-ci qui est moins favorable, en un moment où la Fraternité est plus forte?".

 En fait, leur déception, d'après le journaliste vaticaniste José Manuel Vidal, prend sa source dans le fait que les dirigeants de la FSSPX "ne considèrent pas que le pape [sic] leur fasse un cadeau en leur demandant de revenir, mais que c'est eux qui font un présent, y compris numérique, à une Eglise exsangue. Ils s'imaginent pouvoir revenir comme le fils prodigue, avec une fête, et le père-pape qui va personnellement à leur rencontre". Devant une proposition considérée comme "plus étroite, moins claire et plus désagréable", les chefs lefebvristes ont décidé de "faire savoir leur déception à Rome et d'espérer une contre-proposition". Certains rêvent, en privé, d'une intervention personnelle de Benoît XVI dans le processus: "l'espoir commun est que le pape prenne les rênes et décide de tout lui-même, afin que nous puissions rentrer sans conditions", indique l'une des sources dans la FSSPX à Vidal.

 De son côté, M. l'abbé Claude Barthe explique quant à lui que la proposition actuelle du statut canonique est plus avantageuse que celle qui avait été faite par Jean-Paul II à Mgr Lefebvre :

http://www.riposte-catholique.fr/medias/2011/10/Image-23.png« Les supérieurs de districts qui ont assisté à la réunion d’Albano, le 7 octobre, présidée par Mgr Fellay, ont pris connaissance du Préambule proposé à la FSSPX avant la discussion de la forme canonique de la reconnaissance. Du coup, plus ou moins informés, un certain nombre de membres de la FSSPX hostiles à une officialisation de leur société, font valoir le risque que représente cette nouvelle étape dans la vie de la FSSPX. … Ils prétendent donc, si j’ai bien compris, d’une part, que le Préambule invoque le Catéchisme de l’Église catholique comme « bonne interprétation » du Concile, et d’autre part que la situation proposée à la FSSPX sera beaucoup moins avantageuse que celle qui lui avait été proposée auparavant.

Est-ce vrai ? 

En ce qui concerne la proposition canonique, si c’était vrai, pourquoi alors n’avoir pas accepté la proposition antérieure, trois fois réitérée entre 2000 et 2009 ? En réalité, la proposition actuelle est absolument semblable aux précédentes. Elle est même meilleure en raison de la conjoncture beaucoup plus favorable. La prélature personnelle avait déjà été proposée par le cardinal Castrillón : aménagée sur mesure, elle est assurément la solution la plus gratifiante et la plus « autonome » pour Mgr Fellay et l’ensemble des sociétés qu’il aura sous sa juridiction personnelle. … En fait, il faut le dire clairement : le problème de la forme canonique est inexistant.

Mais le Préambule doctrinal ?

Il en fallait bien un, puisque la FSSPX avait obtenu la tenue de discussions doctrinales. … Côté FSSPX, dans la mesure où la phrase libératrice qui se trouvait dans le communiqué commun du Saint-Siège et de Mgr Fellay, publié le 14 septembre, se retrouve forcément, en substance, dans le Préambule, celui-ci renforce singulièrement la jurisprudence établie depuis 1988, en précisant que sont laissées « à une légitime discussion l’étude et l’explication théologique d’expressions ou de formulations particulières présentes dans les textes du Concile Vatican II et du Magistère qui a suivi ». Côté Congrégation pour la Doctrine de la foi : le CEC et l’interprétation du Concile ? J’accorde a priori aux membres de la Congrégation qu’ils ne sont pas tombés sur la tête : ils savent comme vous et moi que le CEC n’est pas magistériel. En revanche, il est vrai qu’il peut leur servir d’assurance que Vatican II est interprétable en un sens de continuité. Ce que la FSSPX conteste. Mais puisque ledit Préambule est, aux dire des protagonistes, modifiable, on peut forcément s’entendre sur des termes empaquetant au mieux le pivot réel de tout ce « concordat » : une « tolérance » réciproque entre personnes qui s’accordent la bonne foi. Ici encore, il faut le dire : en soi, le problème du Préambule doctrinal est inexistant. [Note de catholique-sedevacantiste.com : La FSSPX ne devait-elle pas au préalable, disait-elle, convertir Rome (sic!) ?]

Alors, l’affaire est « pliée » ? 

Que non ! Combien de processus historiques ont sombré en raison d’événements mineurs. … Le fait de donner une voix officielle à la FSSPX, ajouté au Motu Proprio, se conjuguant à tout le mouvement intellectuel qui se développe, spécialement en Italie, pour la remise à plat de ce qu’a représenté l’événement Vatican II … constitue, hic et nunc, une occasion historique d’extrême conséquence. »

 Au regard de l'ensemble de ces informations, il apparaît que le point de discussion pour la reconnaissance canonique de la FSSPX par les modernistes ne concerne pas la doctrine et  la foi mais est centré sur le "niveau de statut canonique" de ladite Fraternité ! Quelle tristesse de constater que nous assistons en fait à de la diplomatie !  Défendre la doctrine est loin d'être la préoccupation première de Mgr Fellay... La foi ne se négocie pas !

Mois du Rosaire : quelques magnifiques citations

Publié le par Clément LECUYER

"Le Rosaire est l’arme la plus puissante pour toucher le Coeur de Jésus, Notre Rédempteur, qui aime tellement sa Mère." (Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

"Le Rosaire est l'arbre de Vie qui ressuscite les morts, guérit les malades et conserve la santé à ceux qui l'ont déjà." (Nicolas IV)

"Le Rosaire est un moyen donné du Ciel pour apaiser la colère de Dieu." (Grégoire XIII)

"Chaque jour des biens immenses arrivent au peuple chrétien par le Rosaire." (Urbain V)

 Le Rosaire est  "le trésor des grâces ". (Paul V)

"Le Rosaire est le moyen le plus merveilleux pour détruire le péché et recouvrer la grâce." (Grégoire XIV)

"Le Rosaire est un remède souverain aux erreurs et aux vices."(Benoît XIII)

Le Rosaire est : "La gloire de l'Église Romaine".  (Jules II)

Léon X compare le Rosaire à "un mur qui arrête les malheurs prêts à fondre sur l'Église".

 "Le Rosaire est spécialement approprié pour détourner du monde les dangers qui le menacent". (Sixte IV)

"Le Rosaire est la prière la plus efficace pour accroître dans le cœur des fidèles la dévotion à Marie."  (Pie IX - Décret du 2 mai 1855).

"Le Rosaire de Marie est le meilleur moyen pour atteindre le double idéal de prière et de bonne vie." (Léon XIII, 1892.)

 "C'est de toutes les prières la plus belle, la plus riche en grâces, celle qui plaît le plus à la Très Sainte Vierge."  (Saint Pie X, Testament)


 De 1883 à 1901, Léon XIII écrivit dans vingt documents pontificaux dont 12 Encycliques sur le Rosaire de Marie : Fait unique dans les annales de l'Église de voir le même Pape entretenir du même sujet les fidèles par un si grand nombre d'Encycliques, décrets, lettres.


"Le Rosaire condense en lui tout le culte qu'on doit à Marie. Pour honorer Marie et mériter ses faveurs, il n'y a pas une meilleure prière que le Saint Rosaire."(Léon XIII, encyclique octobrimense).

"Nous l'affirmons de nouveau et avec énergie : c'est dans le Rosaire que nous mettons notre plus ferme espérance.
 Fasse Dieu que cette dévotion retrouve en tous lieux son antique faveur, soit aimée et pratiquée comme un éclatant signe de reconnaissance entre les chrétiens et comme le meilleur moyen d'obtenir la clémence de Dieu." (Léon XIII 08-09-1894.)

Le Rosaire est "l'Expression la plus accomplie de la piété chrétienne."

Le Rosaire est "une prière incomparable et d'une efficacité souveraine." ( Léon XIII)

"Il y a sans doute plusieurs moyens d'obtenir l'assistance de Marie. Cependant nous estimons que l'institution du Rosaire est le meilleur et le plus fécond." (Léon XIII, encyclique Adjuticem populi 1895)

"Le Rosaire est le moyen privilégié entre tous les autres, de procurer le retour au Christ des individus, des familles et des nations." (Pie XI)

"C'est une arme très puissante pour chasser les démons ; pour conserver l'intégrité de la vie, pour acquérir plus facilement la vertu, en un mot pour obtenir la véritable paix aux hommes." (Pie XI - 1938 Enc. Rosaire)

 "Comment ne pas tout espérer si nous nous servons avec exactitude et piété de cette méthode divine." (Pie XI)

"Cette façon de prier a le parfum de la simplicité évangélique et requiert l'esprit d'humilité, dont le mépris nous rend impossible l'acquisition du royaume céleste." (Pie XI)

 "Nous estimons que le Saint Rosaire est le moyen le plus efficace et le meilleur pour obtenir l'aide maternelle de la Vierge."  (Pie XII, encyclique Ingruentium malorum - 1951)
 

http://storage.canalblog.com/70/41/78280/13678129.jpg 


"Le Rosaire récité avec la méditation des mystères :

1) nous élève insensiblement à la connaissance parfaite de Jésus-Christ.
2) purifie nos âmes du péché.

3) nous rend victorieux de tous nos ennemis.
4) nous rend la pratique des vertus facile.
5) nous embrase de l'amour de Jésus-Christ.
6) nous enrichit de grâces et de mérites.
7) nous fournit de quoi payer toutes nos dettes à Dieu et aux hommes et enfin nous fait obtenir de Dieu toutes sortes de grâces." (Saint Louis-Marie Grignion de Montfort dans Le Secret du Très saint Rosaire)

"Le Rosaire est l'hommage le plus agréable que l'on puisse offrir à la Mère de Dieu." (Saint Alphonse de Liguori)

"Pour que les supplications aient le maximum d'efficacité... recourons à Marie... par le Rosaire." (Léon XIII - 1891)

Publié dans Spiritualité

Le Préambule Doctrinal concernerait l'obéissance que tout catholique doit au Pape et à l'Eglise

Publié le par Clément LECUYER

La FSSPX piégée ne se retrouve plus que face à deux options :

rallier ou déclarer le concile et les réformes de Vatican II hérétiques, nuls et sans valeur et donc reconnaitre la vacance du Siège Apostolique (position sédévacantiste)

  Selon les informations du quotidin italien La Bussola, le Préambule Doctrinal remis à Mgr Fellay concernerait la soumission que tout catholique doit avoir à l'Autorité de l'Eglise catholique :

"L'heure décisive pour les lefebvristes

...Il a été dit à plusieurs reprises que la condition pour la pleine communion [de la FSSPX avec l'Eglise moderniste] devait être l'acceptation du dernier Concile par les lefebvristes. En réalité, le «préambule doctrinal» remis à Fellay hier, et pas encore rendu public, a une portée plus large,et représente une sorte de plate-forme incontournable, avec «certains principes doctrinaux et critères d'interprétation de la doctrine catholique».

Le texte suit la «
Professio fidei» (profession de foi), publié en 1989 par l'ex Saint-Office , et rappelle les trois degrés différents d'approbation requis des fidèles. En substance, le catholique s'engage à croire «avec une foi ferme» ce qui est «contenu dans la parole de Dieu» et ce que l'Église propose, «comme divinement révélé». En second lieu, il s'engage à accepter tous les dogmes déclarés comme tels à ce jour. Enfin, et c'est certainement le point le plus problématique pour la Fraternité, il est demandé aux fidèles catholiques d'adhérer «avec respect religieux, de la volonté et de l'intelligence» aux enseignements que le Pape et le collège des évêques «proposent lorsqu'ils exercent leur Magistère authentique», même si ces enseignements ne sont pas proclamés de manière dogmatique, c'est-à-dire définitive. C'est d'ailleurs là que réside la partie la plus consistante du Magistère, à laquelle appartiennent, par exemple, les encycliques. Et où se situent également de nombreux documents de Vatican II, qui, comme tout le magistère, doit être lu, dit le Saint-Siège, à la lumière de la tradition, comme développement et non comme rupture avec la doctrine précédente, selon l'herméneutique proposée par Benoît XVI dans le désormais célèbre discours à la Curie romaine en Décembre 2005." (cité dans TradiNews)

  La Fraternité Saint Pie X se retrouve donc dans une position extrêmement difficile. Force est de constater qu'elle est tombée dans un piège. En effet, elle doit accepter ou refuser le fait que tout catholique doit être soumis à ce que l'Eglise et le Pape enseignent, à ce qui est proposé comme divinement révélé. Or, ces deux critères sont des vérités de foi. Les modernistes ont donc piégé la Fraternité Saint Pie X en invoquant et reprenant ce qu'affirme le Magistère catholique traditionnel de toujours. Si la FSSPX rejette le Préambule doctrinal, elle sera accusée, à raison, d'être schismatique, car opposée à l'enseignement de toujours, à savoir que "pour être sauvé, tout catholique doit être soumis au Pape" (Encyclique Unam Sanctam - Boniface VIII).

 La Fraternité Saint Pie X se voit contrainte de faire un choix essentiel et historique :

- soit accepter le Préambule doctrinal ce qui signifie qu'elle se rallie à Rome et trahit la Tradition,

- soit rejeter ce Préambule en précisant qu'elle adhère à l'enseignement de toujours de soumission au Pape et à l'Eglise, mais que - puisqu'il est impossible pour garder la foi de reconnaître Vatican II et de suivre l'enseignement moderniste de Benoit XVI et de ses prédécesseurs Paul VI et Jean-Paul II - elle ne reconnaît plus ces derniers pour vrais Papes catholiques.

 Autrement dit, la Fraternité Saint Pie X, pour rester fidèle à la Tradition et garder la foi doit obligatoirement déclarer que la nouvelle religion de Vatican II n'est pas la religion catholique et que les occupants du Vatican sont des antichrists, n'ayant aucune autorité sur l'Eglise catholique.


Photo des responsables de la Fraternité rassemblés en réunion extraordinaire le 7 octobre. A noter que Mgr Williamson est absent de la photo. [Source de la photo : laportelatine.org]

 La FSSPX est au pied du mur; fini les positions confuses, incohérentes, floues ! Elle doit prendre enfin et définitivement une position claire et nette : reconnaître Vatican II comme étant catholique, donc abandonner la Tradition et la Foi de toujours ou bien déclarer publiquement que la chaire de Pierre est occupée par un antichrist depuis Vatican II, concile antichrétien, non catholique et invalide.

 Mais les supérieurs de ladite Fraternité auront-ils le courage de faire leur devoir ? Prions plus que jamais !

1 2 > >>