Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sermon de Mgr Dolan

Publié le par Clément

  M. l'abbé Gilles ROGER vient de publier le sermon de Mgr Dolan sur le site Gloriatv :


  "Mgr Dolan ordonnait un prêtre à l'Eglise St Pie V de Rennes le dimanche 27 juin 2010. Une ordination dans l'ancien rite dont la validité est incontestable. C'est loin d'être le cas pour les "ordinations" faites par l'évêque moderniste de Rennes qui officiait le même jour dans la cathédrale de Rennes. Précisons que de plus en plus d'abbés de l'église conciliaire nous contactent car ils ont de forts doutes sur leur ordination faite dans le nouveau rite..." (abbé Roger)




http://www.gloria.tv/?media=85013

Informations

Publié le par Clément

   En déplacement en France, et après avoir ordonné l'abbé Guillaume Hecquard (27 juin), Mgr  Dolan célèbrera la messe à la chapelle d'Abbaretz le dimanche 4 juillet, à 10 heures.


Chapelle Saint Etienne
Rue de la Poste 
44170 ABBARETZ.
0299304944


 Par ailleurs, la cérémonie d'ordination a été filmée ; elle sera probablement diffusée plus tard. Nous essayerons de nous procurer des photos et de les publier par la suite.

____________________________

 

 La parution d'articles reprendra normalement au mois d'août.

Le silence honteux de la Porte-Latine

Publié le par Clément

 

 Comme nous vous l'avions annoncé, âgé de 96 ans, M. l'abbé Sockeel est décédé la semaine dernière ; ses obsèques ont eu lieu ce matin au Trêvoux.  Or, le site de la FSSPX, la Porte Latine, qui publie d'habitude les décès des prêtres afin de demander à ses lecteurs de prier pour le repos de leur âme,  se compromet dans un silence choquant, en refusant d'annoncer le décès de ce vaillant et courageux prêtre. Nous ne pouvons pas laisser passer ce fait scandaleux !


 L'abbé Sockeel semble payer cher son non una cum aux modernistes occupant le Vatican, et son soutien aux deux soeurs franciscaines et à l'abbé Grossin, mis à la porte pour cause de sédévacantisme en 2000.


 Nous ajoutons qu'en dépit de nos oppositions doctrinales avec la FSSPX, nous n'avions évidemment pas hésité à demander sur notre site de prier pour l'abbé Bonneterre, lors de son accident mortel en septembre 2009.

 


Saint Thomas d'Aquin et les lois : application actuelle

Publié le par Clément LECUYER

 

  Voici un texte qui s'adresse particulièrement aux "légalistes"  de la "Tradition" qui prétendent que - du fait de la situation actuelle de l'Eglise catholique - sacres et ordinations ne sont plus possibles puisque mandat romain et lettres dimissoriales (lois purement ecclésiastiques) font défauts. Rapellons que les lois purement ecclésiastiques font partie des lois humaines. Or, selon l'enseignement de saint Thomas d'Aquin, docteur angélique et prince des théologiens, les lois humaines ne doivent pas être suivies en cas de nécessité ou quand elles viennent contredire leur finalité.

 
 
http://www.seletlumieretv.org/blogue/wp-content/st_thomas1.jpg
  Parmi les sujets du Bac de philosophie qui s'est déroulé hier, on trouvait celui-ci :

  "Parce que les actes humains pour lesquels on établit des lois consistent en des cas singuliers et contingents, variables à l'infini, il a toujours été impossible d'instituer une règle légale qui ne serait jamais en défaut. Mais les législateurs, attentifs à ce qui se produit le plus souvent, ont établi des lois en ce sens. Cependant, en certains cas, les observer va contre l'égalité de la justice, et contre le bien commun, visés par la loi. Ainsi, la loi statue que les dépôts doivent être rendus, parce que cela est juste dans la plupart des cas. Il arrive pourtant parfois que ce soit dangereux, par exemple si un fou a mis une épée en dépôt et la réclame pendant une crise, ou encore si quelqu'un réclame une somme qui lui permettra de combattre sa patrie. En ces cas et d'autres semblables, le mal serait de suivre la loi établie ; le bien est, en négligeant la lettre de la loi, d'obéir aux exigences de la justice et du bien public. C'est à cela que sert l'équité. Aussi est-il clair que l'équité est une vertu. L'équité ne se détourne pas purement et simplement de ce qui est juste, mais de la justice déterminée par la loi. Et même, quand il le faut, elle ne s'oppose pas à la sévérité qui est fidèle à l'exigence de la loi ; ce qui est condamnable, c'est de suivre la loi à la lettre quand il ne le faut pas. Aussi est-il dit dans le Code [Code publié par Justinien en 529] : « II n'y a pas de doute qu'on pèche contre la loi si, en s'attachant à sa lettre, on contredit la volonté du législateur ». II juge de la loi celui qui dit qu'elle est mal faite. Mais celui qui dit que dans tel cas il ne faut pas suivre la loi à la lettre, ne juge pas de la loi, mais d'un cas déterminé qui se présente."

  (Somme théologique,
I-II, q. 120. art. 1)

 

 

  Il s'agit de la vertu d'"épikie" qui ne consiste pas, comme certains le pensent, à changer la loi mais à suivre la fin visée par cette même loi. Dans certains cas, ceci est une exigence et un devoir, nous enseigne St Thomas d'Aquin.


 On peut aussi penser à cet autre extrait tiré de la Somme théologique :

 

  "Toute loi est ordonnée au salut commun des hommes, et c'est seulement dans cette mesure qu'elle acquiert force et raison de loi; dans la mesure, au contraire, où elle y manque, elle perd de sa force d'obligation. […] C'est pourquoi, s'il surgit un cas où l'observation de telle loi soit préjudiciable au salut commun, celle-ci ne doit plus être observée."

 

(Somme théologique, I-II, q. 96. art. 6)

 

 

 C'est pourquoi, il est possible, si ce n'est un devoir exigé par le droit divin, d'ordonner des prêtres et de sacrer des évêques (par un vrai évêque catholique, bien évidemment), pour que s'accomplisse la finalité pour laquelle Jésus-Christ a fondé son Eglise : acheminer les hommes vers le Ciel, leur enseigner la vérité et leur donner la grâce au moyen des sacrements.

 

Décès de M. l'abbé Sockeel

Publié le par Clément

  M. l'abbé sockeel

 

 Nous venons d'apprendre le décès d'un vaillant prêtre âgé de 96 abs, aumônier de la communauté des soeurs franciscaines de Traonfeunteuniou (rattachée à la FSSPX), dans le Finistère. Ordonné le 21 mai 1944, l'abbé Sockeel n'hésitait pas à déclarer son opposition aux autorités modernistes occupant actuellement le Vatican ; il n'avait pas peur de dire qu'il était non una cum. Que Dieu lui fasse miséricorde et le reçoive dans son paradis !  

 

 Requiem æternam dona eis, Domine, et lux perpetua luceat eis

 

 

Fête Nationale de la France catholique

Publié le par Clément


 LES AMIS DU CHRIST ROI DE FRANCE vous invitent à la Fête Nationale de la France Catholique le samedi 19 juin 2010 à Saint-Benoît-sur-Loire (45730)

– Lire l'annonce "Rappel", ICI

– Télécharger l'annonce "Rappel", Saint-Benoît 2010

Journée conviviale et chrétienne organisée par M. l'abbé Le Gal

Publié le par Clément


 Nous relayons ici une information qu'un lecteur nous a aimablement transmise : Monsieur l'abbé Le Gal, de l'Institut Mater Boni Consilii, organise une "journée conviviale et chrétienne à la campagne" en Seine-et-Marne, le samedi 19 juin. Pour les personnes intéressées, voici ci-joint le document de présentation et le programme en fichier PDF.

 

Réponse publique à l'abbé Barrère

Publié le par Clément

 

http://www.laportelatine.org/images/portrait/Barrere01.jpg

  Deux mois se sont bientôt passés depuis que la Milice saint Joseph, groupe de jeunes catholiques "sédévacantistes" de Bretagne, a posé des tracts sur les pare-brises des voitures des fidèles se rendant à la messe à Kernabat (Plouisy).  Le tract que vous pouvez retrouver ICI avait été rédigé par nos soins.  Nous savons depuis que ces feuilles ont été retirées avant la fin de la Messe de façon à ce que les fidèles ne puissent pas les lire. Soulignons d'ailleurs que l'aumônier de Kernabat, le Père Belwood, n'est même pas prêtre puisqu'il a été ordonné sous le nouveau rite de Paul VI, rite invalide et a refusé de se faire réordoner (au moins sous conditions).  

 

 

  M. l'abbé Barrère vient de réagir à l'action de la Milice saint Joseph dans le Sainte Anne de juin 2010 dans un article intitulé "Petite polémique avec les sédévacantistes", mis en ligne sur la Porte Latine. Que pouvons-nous retenir de sa réaction ? Pas grand chose ! Face à nos arguments solides basés entièrement et intégralement sur le Magistère catholique, l'article de l'abbé Barrère ne répond à rien de concret. Dépourvu d'argument devant l'évidence de la vérité, l'abbé Barrère utilise donc des procédés peu honnêtes contre nous.


  Montrons plus précisiméent pourquoi l'article de l'abbé Barrère mérite d'être jeté à la corbeille.

 

Lire notre article en entier 

> Télécharger le fichier PDF

> Lire la réaction d'un lecteur

 


Trop dur ?

Publié le par Clément

 

  Nous reprenons le dernier article de M. l'abbé Belmont paru sur son site quicumque, article très pertinent qui vient répondre aux personnes qui pourraient nous reprocher d'être trop durs contre Benoît XVI, la FSSPX ou autres :

  

« Vous êtes trop dur avec Benoît XVI… » Voilà une réflexion, au demeurant fort amicale de ton et d’intention, qui m’est parvenue aux oreilles, et dont je crains qu’elle ne serve de refuge pour se dispenser (inconsciemment, je le suppose) de réfléchir à la situation de l’Église et à notre devoir présent, sans biaiser avec la doctrine catholique.

« Trop dur » n’est pas une note théologique qui figure dans les nomenclatures classiques utilisées pour qualifier la distorsion d’un texte ou d’un acte avec la foi catholique. On le sait, le Saint-Office, et à sa suite les théologiens, emploient des notes précises qui permettent de situer un texte dans une sorte d'échelle de conformité à la doctrine catholique : hérétique, proche de l’hérésie, offensant aux oreilles pies, etc [1]. La qualification « trop dur » n’entre dans aucune liste, ce qui permet de laisser une grande marge de flou et de dénoncer sans avoir à justifier ses accusations. C’est tellement pratique ! Eh bien ! profitons-en !

Trop dur ? S’il s’agit de la personne de Benoît XVI, on sera en peine pour trouver sur mes lèvres ou sous ma plume des qualificatifs qui se rapportent à elle : je m’en abstiens délibérément, la laissant hors de cause. Je me contente d’observer ses actes et d’exercer la foi catholique, en laquelle je les vois totalement incompatibles avec la fonction pontificale, avec l’autorité de Jésus-Christ dont le Pape est surnaturellement revêtu à la tête de l’Église.

Parmi ces actes, il y a ceux dont Benoît XVI hérite (actes de Vatican II, réforme liturgique, code de droit canon de 1983…) et auxquels il donne valeur actuelle et active ; il y a ceux qu’il accomplit lui-même : enseignements, lois, nominations, faits publics.

Voyons donc où se situe la dureté. Benoît XVI n’est-il pas trop dur avec la doctrine catholique qu’il bafoue et nie, en reprenant l’héritage de Vatican  II et de ses erreurs (sur la liberté religieuse, sur la nature de l’Église catholique et son unité, sur le statut du peuple juif ) ?

Benoît XVI n’est-il pas trop dur avec rites et sacrements catholiques, en conservant et en utilisant la réforme liturgique qui les a évacués au profit d’un protestantisme mal camouflé ?

Benoît XVI n’est-il pas trop dur avec les pauvres âmes, auxquelles il prêche un indifférentisme à saveur d’apostasie par ses visites aux synagogues, mosquées et autres temples protestants ?

Et puis… ne sont-ils pas trop durs avec la doctrine catholique ceux qui prétendent qu’un vrai Pape peut enseigner, maintenir, appliquer des erreurs condamnées par le Magistère de l’Église ?

Ne sont-ils pas trop durs avec la doctrine catholique ceux qui prétendent qu’un concile œcuménique, organe du Magistère suprême de l’Église, puisse promulguer des erreurs contre la foi, ainsi que lancer (ou officialiser) un mouvement de destruction profonde de la vie chrétienne ?

Ne sont-ils pas trop durs avec la doctrine catholique ceux qui prétendent que la liturgie officielle, « ordinaire » et approuvée de l’Église catholique puisse être infestée par l’esprit de l’hérésie ?

Ne sont-ils pas trop durs avec la doctrine catholique ceux qui prétendent qu’on n’est pas tenu d’obéir à un Pape, qu’on peut jouir de la juridiction sans son agrément, sans son injonction, comme malgré lui et à son insu ?

Ne sont-ils pas trop durs avec l’être historique de l’Église ceux qui, pour tenter de trouver des précédents qui justifieraient leur refus de se soumettre, vont faire les poubelles – et qui n’y trouvent que ce qu’ils y mettent, en négation de la sainteté de l’Église ?

Ne sont-ils pas trop durs avec la constitution de l’Église catholique et avec son unité hiérarchique, ceux qui procèdent à des sacres épiscopaux sans mandat apostolique, ou qui en bénéficient ? [NDLR : sur ce point, nous sommes en désaccord avec M. l'abbé Belmont. Lire ICI

Enfin, ne sont-ils pas trop durs avec Benoît  XVI lui-même ceux qui, pour tenter de compenser leur carence doctrinale dans leur refus de se soumettre à lui, se croient obligés de dénigrer sa personne sans souci de justice et d’interpréter tout en mal, (tout en se laissant d’ailleurs habilement manœuvrer par lui, qui ne cède rien, qui divise et use leur résistance) ?

Trop dur ? Mais qui donc est trop dur ? Ne soyons ni durs ni mous, mais vrais, conséquents et humbles. Tout un programme à reprendre chaque jour…

------------------------------------

[1]     Les éditions Tradibooks viennent de rééditer l’ouvrage (en langue latine) du P. Cartechini,De valore notarum theologicarum, destiné aux auditeurs et consulteurs du Saint-Office, qui énumère, explique et illustre ces différentes notes, afin que l’usage en soit commun et précis. C’est du plus haut intérêt, et bien salutaire en donnant occasion de sortir du flou dans lequel se meuvent trop souvent ceux qui ont à connaître ces notes.

http://www.tradibooks.com     tradibooks@orange.fr