Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mgr Tissier persiste : la FSSPX veut convertir celui qu'elle considère comme Pape !

Publié le par Clément LECUYER

  Dans son dernier article, le site Virgo-Maria  a dévoilé et a commenté la lettre (du 28 février 2009) de Mgr Tissier envoyée à Monsieur l'abbé Schoonbroodt. Dans ce courrier, l'évêque admet volontiers qu’il existe un “doute légitime” sur la “validité d’un pape tel que Benoît XVI“ mais refuse d'aller plus loin et de conclure ce qui est une évidence : un hérétique public, un ennemi déclaré de l'Eglise catholique ne peut pas être le Vicaire du Christ ! Doctrinalement et théologiquement, c'est impossible ! Outre cette grande erreur, Mgr Tissier en commet une autre qui est aussi grave et scandaleuse. Citons-le :

 
  "La FSSPX entretient des relations avec Benoît XVI, certes pas pour embrasser ses erreurs, mais pour le convertir."

  Mgr Tissier avait déjà dit cela auparavant; il récidive donc et persiste dans cette erreur : "Convertissons le Pape" [sic !]

 
 En effet,  comment un catholique peut-il prétendre convertir celui qui est la règle de la foi de tous les fidèles catholiques, celui qui est "le Pasteur, le Conducteur, l'Évêque de l'Église universelle, l'Évêque des Évêques, le Pasteur des Pasteurs, le Docteur des Docteurs, le Père des Pères, le Chef des Chefs" (Mgr de Ségur - "Le Pape est infaillible") ?
 De plus, cela revient à remettre en cause le charisme d'infaillibilité du Pape ! Un pape ne pouvant jamais dévié de la Foi ne peut pas être sujet à une conversion ! C'est IMPOSSIBLE !

  Cette déclaration de Mgr Tissier démontre encore une fois l'incohérence de la FSSPX :  elle veut  à tous prix reconnaître Ratzinger comme pape et pour cela, elle est obligée à tenir des propos contradictoires, absurdes et hérétiques.

 C'est remettre en cause le charisme d'infaillibilité du Pape ! Un pape ne pouvant jamais dévié de la Foi ne peut pas être sujet à une conversion ! C'est IMPOSSIBLE !

  Une fois de plus, nous ne pouvons que constater que la FSSPX baigne dans l'hérésie. Elle se déclare comme étant catholi
que, comme étant la "Tradition" alors qu'elle contredit de façon spectaculaire et répétée l'enseignement du magistère de l'Eglise !

"Messe Pontificale" conciliaire : des tribus païennes portent l'Evangile

Publié le par admnistrateur

 Pendant son séjour à Sydney en 2008, Ratzinger se rend à la rencontre œcuménique organisée dans la cathédrale Sainte-Marie de Sydney et célèbre une "messe" pontificale. Des tribus païennes participent à cette "messe". Les danseurs de Fuji avec les symboles païens portent l'Évangile !





 Photos et informations sur ce séjour de Ratzinger à Sudney

Suite : L'abbé Ratzinger, le pseudo-conservateur

Publié le par admnistrateur

 Beaucoup de catholiques prétendent aujourd'hui qu'il y a deux Joseph Ratzinger. Le premier serait le progressiste  Ratzinger, qui a suivi son maître Karl Rahner et qui a été l'un des plus éminents pilier du Concile Vatican II. Le deuxième serait le conservateur Card. Ratzinger, qui, quelque 20 ans plus tard, a pris la tête de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi puis qui est devenu le "Pape Benoît XVI".

 Nous l'avons déjà démontré, Ratzinger n'a pas changé. Pilier et fidèle défenseur du fatal "Concile Vatican II", son pseudo-conservatisme est un piège tendu aux "catholiques dits traditionalistes" afin que ces derniers se rallient à lui.

1.  Selon les paroles du Card. Ratzinger lui-même, il n'a pas changé. Dans une interview accordée lors d'un voyage au Brésil en 1990 pour le quotidien O Estado de S. Paulo, il a affirmé que ses positions sont restées essentiellement les mêmes.

 

A_071_Ratzinger_01.jpg - 120244 Bytes- Quelles sont les différences plus significatives entre le Ratzinger de Vatican II et le Ratzinger d'aujourd'hui? Qui plus changé: vous, ou l'Eglise ?

  Cardinal Ratzinger – Je ne vois pas une réelle, profonde différence entre mon travail au Concile Vatican II et de mon travail actuel. Lors de la préparation de ce cours pour les Evêques, je suis allé à un cours d'examen de l'ecclésiologie que j'ai appris pour la première fois en 1956. Naturellement, j'ai trouvé des éléments qui devaient être mis à jour. Mais, comme pour la vision fondamentale, j'ai trouvé une grande similitude. Ce que j'ai proposé aux évêques, à Rio de Janeiro [dans ce voyage] a été la même vision fondamentale que j'ai fixée [à l'époque]. (Entretien avec le cardinal Joseph Ratzinger par Walter Falceta, O Estado de S. Paulo, 29 Juillet, 1990)

 

A_071_Ratzinger_02.jpg - 83210 Bytes

 

A_056_BalthasarOnRatzinger02.jpg - 73376 Bytes2. L'éventualité d'un "changement de bord" par Ratzinger réfuté par le "cardinal" Hans Urs von Balthasar, célèbre théologien progressiste .

 En Novembre 1985, il accorda une interview à la revue 30 Giorni sur Vatican II. Le journaliste qui a réalisé cette entrevue était Angelo Scola, aujourd'hui, le "cardinal archevêque" de Venise.

 Dans l'une des questions, Scola insinua que Ratzinger avait changé son point de vue  concernant la théologie. Théologien progressiste, ce dernier serait devenu un Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi conservateur.

 Voici la réponse du card. Balthasar :

"...  Ratzinger a toujours été pour une position avancée et  favorable à l'ouverture. Je le connais depuis longtemps, depuis qu'il a été un professeur, et je peux vous assurer qu'il n'a pas changé. Tout le monde dit le contraire, qu'il ya deux Ratzingers: avant son arrivée à Rome, et un autre plus tard. Au contraire, il est toujours resté le même !" (Hans Urs von Balthasar, "Viaggio nel Postconcilio», entretien avec Angelo Scola, 30 Giorni, Novembre 1985, p. 16.)

L'abbé Ratzinger : le pseudo-conservateur



«  J'ai toujours voulu rester fidèle à Vatican II, cet aujourd'hui de l'Eglise, sans nostalgie pour un hier irrémédiablement passé, sans impatience pour un demain qui ne nous appartient pas. » (Entretien sur la Foi – de Joseph Ratzinger – 1985 – ch. I, p.17)

« Je veux affirmer avec force la ferme volonté de poursuivre l'engagement de mise en oeuvre du Concile Vatican II, dans le sillage de mes Prédécesseurs et en fidèle continuité avec la tradition bimillénaire de l'Eglise. (déclaration de Benoît XVI le premier jour de son "pontificat")

 

Quand Ratzinger était soupçonné d'hérésie par le Saint Office

Publié le par administrateur

 Le 28 avril 1969, Paul VI avait annoncé la fondation de la Commission théologique internationale, une institution parallèle à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

 À cette occasion, le sérieux magazine français  "Informations Catholiques Internationales" (n. 336 - 15 mai  1969, p. 9) avait donné la liste des 30 théologiens sélectionnés pour la Commission. Voici ce que l'on peut lire dans la fiche présentant Ratzinger :
A_001_Condemnations02.jpg - 41043 Bytes

 Joseph Ratzinger : allemand, 45 ans ; théologie dogmatique, œcuménisme; naguère suspecté [d'hérésie] par le Saint-Office, membre de la Commission de Foi et de l'œcuménisme; ouvrage remarqué (en collaboration avec Karl Rahner) : "Primat et épiscopat".

 D'autres théologiens également soupçonnés par le Saint-Office étaient Yves Congar, Henri de Lubac, Karl Rahner et Hans Urs von Balthasar.


Concernant la photo de Jean-Paul II embrassant le Coran

Publié le par admnistrateur


055_popekissesKoran.jpg - 27505 Bytes

14 mai 1999 - Jean-Paul II embrasse le Coran au Vatican


  Certaines personnes, gênées par le scandale, prétendent que Jean-Paul II n'a pas embrassé le Coran. Soit elles disent que ce livre (sur la photo) n'est pas le Coran soit elles affirment qu'il s'agit d'une photo trafiquée ! Ces objections sont faciles à réfuter.

 Tout d'abord, voici un témoignage (traduit en français) du  patriarche chaldéen catholique Raphael qui était présent le 14 mai 1999 (Source : extrait d'une entrevue avec FIDES News Service du 1 Juin, 1999) :

"Le 14 Mai j'ai été reçu par le pape, avec une délégation composée de l'imam chiite de Khadum mosquée sunnite et le président du conseil d'administration de la Banque islamique irakien. Il y avait aussi un représentant du ministère irakien de religion. ....

«À la fin de l'audience,
le Pape s'est incliné devant le livre saint musulman, le Coran, présentée par la délégation, et il l'embrassa comme un signe de respect. La photo de ce geste a été projetté à maintes reprises à la télévision iraquienne et elle démontre que le Pape n'a pas seulement conscience de la souffrance du peuple irakien, mais qu'il a également beaucoup de respect pour l'Islam ».


 Ce témoignage pourrait suffire mais on pourrait citer aussi quelques articles parus dans les certains médias :

- Article paru dans Le Monde des religions à l’occasion du décès de Jean-Paul II :

"...Jean-Paul II, lui, a posé des gestes symboliques sans précédent. Il aura été ainsi le premier pape à réunir dans la prière les chefs spirituels des principales confessions de la planète, le premier à entrer dans une synagogue, le premier aussi à pénétrer dans une mosquée, il a embrassé publiquement le Coran, s’est recueilli à Jérusalem devant le Mur Occidental, il a même participé plusieurs fois à des rites non monothéistes… N’oublions pas qu’il fut avant tout un pape voyageur, et donc naturellement confronté, à chacun de ses déplacements ou presque, à la question de l’altérité. Or, chaque fois qu’il s’est trouvé en face de populations non catholiques, il a tenté, avec un sens aigu du symbole, d’entrer en relation de fraternité avec leurs représentants religieux..."

-
Article paru dans La Vie du  10.09.08 :

 Déclaration de Rémi Brague, professeur de philosophie à la Sorbonne et à Munich lors d'une interview :

Quelle est son attitude [de Benoît XVI] profonde face à l’islam ?

R. B. "Je ne crois pas qu’il le connaisse bien. Il n’a eu aucune raison de l’étudier. Et je ne sais pas qui le conseille à ce sujet.
J’espère qu’il évitera des erreurs du genre de celle, majeure, de Jean Paul II, d’embrasser le Coran… Il aurait mieux fait de le lire."


- Article paru dans Valeurs actuelles et repris par le Salon Beige :

 Déclaration d'Annie Laurent, politologue et écrivain française :

"Le baiser de Jean-Paul II au Coran, offert par une délégation irakienne, en 1999, suscita un trouble réel chez les chrétiens d’Occident et d’Orient, comme une attestation officielle de la vérité de l’islam."

 Enfin, le fait que Jean-Paul II ait embrassé le Coran n'a jamais été démenti par le Vatican. Au contraire, il n'est pas étonnant que cet apostat ait embrassé le Coran, livre niant la Sainte Trinité, niant la divinité de Jésus-Christ et contenant des appels au meurtre, à la haine, à la violence, à l'impureté. En effet, toutes ses déclarations vont dans ce sens :

« Que St. Jean Baptiste protège l’Islam » (21 mars 2000 - Osservatore romano, édition française du 28 mars 2000)


Chers musulmans, mes frères... vous êtes conscients d'être porteurs de certaines qualités spécifiques, parmi lesquelles la culture de l'islam est peut-être la plus évidente... C'est seulement dans ce cadre de religion et dans des promesses de foi partagée que l'on peut réellement parler de respect mutuel, d'ouverture et de collaboration entre chrétiens et musulmans". (Discours de J.P. Il aux musulmans de l’île Mindanao, Philippines, 20-2-1981)


«Les musulmans sont nos frères dans la foi au Dieu unique» (discours aux musulmans, Paris 31 mai 1980)




Le Vatican juge "illégitime" toute ordination de prêtres par la Fraternité Saint-Pie X

Publié le par admnistrateur

Par le Nouvel Observateur

 Le Vatican a affirmé mercredi que toute ordination de prêtres par la Fraternité Saint-Pie X serait "illégitime"
bien que le pape Benoît XVI ait levé en janvier les excommunications des quatre évêques du mouvement ultraconservateur.


  Dans un communiqué, le Vatican précise que le mouvement schismatique n'a toujours aucun statut dans l'Eglise catholique et que ses ecclésiastiques n'ont à ses yeux aucune légitimité pour exercer un ministère religieux.

 En 1988, le Vatican avait excommunié les quatre évêques de la Fraternité Saint-Pie X après leur consécration, sans l'autorisation du pape Jean Paul II, par le défunt archevêque traditionaliste Marcel Lefebvre, fondateur en 1969 du mouvement, hostile aux réformes de Vatican II.

 Benoît XVI avait réintégré les quatre évêques intégristes dans l'Eglise en janvier. Mais sa décision a provoqué un tollé en raison des positions négationnistes de l'un des prélats, l'évêque Richard Williamson.

 Dans une lettre publiée en mars, où il affirmait ignorer les opinions de Richard Williamson sur la Shoah lorsqu'il a levé son excommunication, le pape a souligné que la Fraternité n'avait aucun statut légal dans l'Eglise et que ses prêtres n'avaient aucune légitimité à exercer un ministère religieux.

  Le Vatican a réaffirmé ce point de vue mercredi. Une mise au point qui intervient après que la Fraternité eut annoncé au début du mois son intention d'ordonner trois prêtres et trois diacres le 27 juin dans un séminaire du sud de l'Allemagne. Toute ordination par la Fraternité Saint-Pie X "doit être considérée illégitime", précise le siège de l'Eglise catholique.

  Le Vatican a également indiqué que le pape prendrait une nouvelle mesure en vue de fondre la Commission pontificale "Ecclesia Dei", très critiquée suite à l'affaire Williamson, dans la Congrégation pour la doctrine de la foi.

 Cette Commission, chargée de gérer le dossier des relations de l'Eglise avec la Fraternité, n'était apparemment pas au courant des propos négationnistes de l'évêque, qui avaient pourtant été rapportés dans de grands médias. La Congrégation pour la doctrine de la foi va désormais superviser les discussions théologiques prévues avec la Fraternité, en vue de son éventuelle réintégration dans l'Eglise.

Le Motu Proprio vu par M. l'abbé Méramo

Publié le par Christus.vincit

  Monsieur l'abbé Méramo (renvoyé de la FSSPX par Mgr Fellay et aujourd'hui non una cum), ancien supérieur du District d'Espagne de la FSSPX dénonce la ruse et les visées modernistes de Ratzinger dans le Motu Proprio : « le démon tente, tel qu'un ange de lumière »

Télécharger en PDF

Publié dans Motu Proprio